Science ou politique : Poutine renvoie quatre hauts fonctionnaires désobéissants

« Les gens qui travaillent pour les organes du pouvoir, surtout aux échelons les plus élevés, sont – ou, du moins, doivent être – entièrement occupés par leur service. »


favorite 1

Lundi 28 novembre, le président russe Vladimir Poutine a licencié quatre hauts fonctionnaires qui avaient bravé son interdiction de se faire élire membres de l’Académie des sciences de Russie, a annoncé le Kremlin. Chronique d’un précédent.

Vladimir Poutine
Vladimir Poutine. Crédits : kremlin.ru

Quelques jours plus tôt, le 23 novembre, le président avait réprimandé publiquement le président de l’Académie, Vladimir Fortov, pour avoir autorisé l’élection de plusieurs hauts fonctionnaires au sein de l’institution en octobre dernier, malgré son interdiction.

« Certains de nos collègues de l’administration présidentielle, des ministères de l’éducation, de l’intérieur et de la défense, mais aussi du FSB et d’autres organismes publics ont participé aux élections et ont été élus », a déclaré Vladimir Poutine lors d’une réunion du Conseil présidentiel pour la science, avant de s’adresser personnellement à Vladimir Fortov : « Pourquoi avez-vous laissé faire ça ? Ces fonctionnaires sont-ils des chercheurs éminents, sont-ils à ce point nécessaires à la science ? Et que dois-je faire, désormais, face à tout cela ? »

Sans recevoir de réponse, le président a poursuivi : « Je pense qu’il faut donc que je permette à ces gens de se consacrer entièrement à la science, car leur activité scientifique est forcément beaucoup plus importante que toutes ces tâches quotidiennes administratives, routinières, qui sont les leurs au sein des organismes publics. »

Vladimir Poutine a rappelé qu’il avait recommandé en 2015 aux hauts fonctionnaires de ne pas prétendre à des postes au sein de l’Académie des sciences. « Les gens qui travaillent pour les organes du pouvoir, surtout aux échelons les plus élevés, sont – ou, du moins, doivent être – entièrement occupés par leur service. Et ils n’ont de temps à consacrer à leurs recherches que sur leur temps libre. Mais de toute façon, les gens qui travaillent de façon responsable à leurs postes administratifs n’ont quasiment pas de temps libre ! », a martelé le président.

Promis, juré

Le quotidien Kommersant souligne que c’est la première fois que Vladimir Poutine promet publiquement de licencier un fonctionnaire. Une promesse qu’il a tenue seulement quelques jours plus tard.

Lundi 28 novembre, le président a renvoyé le directeur du département d’investigation du ministère de l’intérieur, Alexandre Savenkov, celui du département de médecine militaire du ministère de la défense, Alexandre Fissoun, le directeur des archives du FSB, Vassili Khristophorov, et le responsable du département médical de l’administration présidentielle, Konstantin Kotenko.

L’attaché de presse du Kremlin, Dmitri Peskov, a confirmé que ces licenciements sanctionnaient les hauts fonctionnaires pour ne pas avoir écouté une recommandation présidentielle.

Citant des sources anonymes au sein de l’institution scientifique, le quotidien russe affirme que l’administration de l’Académie avait prévenu tous les hauts fonctionnaires souhaitant se faire élire académiciens que Vladimir Poutine s’y était opposé, leur donnant même à lire la recommandation en question. Certains ont pourtant décidé de passer outre, comptant sur le fait que ces élections passeraient inaperçues. À tort, manifestement.

Le politologue Alexeï Makarkine précise que les fonctionnaires licenciés travaillaient directement sous les ordres du président. En tout, 14 hauts fonctionnaires ont été élus membres-correspondants de l’Académie le 28 octobre dernier. « Les dix autres peuvent perdre leurs postes dans les prochains jours », affirme l’expert.