|  
37K Abonnés
  |   |  
Alexeï Oulioukaïev

Les détails de l’arrestation du ministre de l’économie russe Oulioukaïev

Alexeï Oulioukaïev, accusé d’avoir réclamé un pot-de-vin de deux millions de dollars à Igor Setchine, le directeur du géant pétrolier Rosneft, est assigné à domicile et vient d’être destitué de son poste de ministre du développement économique pour « perte de confiance », sur ordre de Vladimir Poutine. Le quotidien Kommersant révèle les détails de son arrestation.

Alexeï Oulioukaïev.
Alexeï Oulioukaïev. Crédits : europa.eu.

Alexeï Oulioukaïev a été arrêté lundi 14 novembre à 17h30, alors qu’il recevait, dans un des bureaux de la société Rosneft, un attaché case contenant 1 million de dollars, indique Kommersant, citant une source proche du FSB (Service fédéral de sécurité). Selon l’interlocuteur du quotidien russe, on avait promis au haut fonctionnaire d’apporter la deuxième mallette jusqu’à sa voiture. M. Oulioukaïev n’a pas eu de contact direct avec les billets, préalablement recouverts d’un mélange spécial, mais sa main porte en revanche des traces de la substance qui recouvrait la poignée de la valise, précise la source de Kommersant. Si l’arrestation elle-même a ensuite été retardée de plusieurs heures, poursuit l’interlocuteur du journal, c’est parce que la loi russe exige, dans une telle situation, que chaque coupure d’une valeur de 100 dollars (il y en avait 20 000) soit décrite en détails et enregistrée séparément afin que tous les billets figurent au dossier de l’enquête pénale.

Les collègues de M. Oulioukaïev ont indiqué à Kommersant que ce dernier se trouvait, lundi 14 novembre, dans les bureaux du ministère, où il a participé, entre 16h et 17h, à une réunion concernant la réforme de la loi sur les rachats de corporations publiques. Le ministre a toutefois quitté la réunion avant la fin, expliquant qu’il devait partir, ont précisé les participants de la rencontre, puis s’est rendu, à bord de sa voiture de service, au siège de Rosneft. Au ministère, on a cependant attendu jusqu’au soir qu’il revienne, pour une rencontre prévue avec la presse, conclut la source de Kommersant au département.

Lundi 15 novembre, à six heures du matin, M. Oulioukaïev a été conduit au siège du Comité d’enquête de la Fédération.

Roman Nesterov, inspecteur spécialisé dans les affaires dites d’une importance particulière, connu pour avoir dirigé l’enquête sur les frères Navalny, a alors présenté au ministre l’accusation officielle le concernant – perception de pot-de-vin – et a tenté de l’interroger. Mais ce dernier, sur le conseil de ses avocats, a refusé de répondre à la majorité des questions posées, invoquant l’article 51 de la Constitution russe, qui permet de ne pas témoigner contre sa propre personne. M. Oulioukaïev n’a pas admis avoir perçu de pot-de-vin.

Par ailleurs, une source de Kommersant au sein des forces de l’ordre souligne que la mise en scène ayant permis de piéger le ministre Oulioukaïev rappelle fortement l’opération qui avait conduit à l’arrestation, pour une accusation analogue, de l’ex-gouverneur de la région de Kirov, Nikita Bielykh. L’interlocuteur du quotidien précise que les deux opérations ont pu être menées par les subordonnés d’Oleg Feoktistov, autrefois directeur adjoint de la sécurité du FSB, et aujourd’hui vice-président de Rosneft pour la sécurité.

Mardi 15 novembre, un tribunal de Moscou a assigné Alexeï Oulioukaïev à résidence pour une période de deux mois, jusqu’au 15 janvier 2017. L’ex-ministre se trouverait actuellement chez lui, avec sa famille, dans son domicile moscovite de la rue Minskaïa, à l’ouest de la ville. Il porte un bracelet électronique et n’a le droit ni de sortir, ni d’utiliser Internet.

Alexeï Oulioukaïev est accusé d’avoir réclamé un pot-de-vin à la direction de Rosneft en échange de son feu vert au rachat par le géant pétrolier de 50% des actions de la corporation pétrolière Bashneft, fin octobre.

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Octobre 1917 : le Kremlin de Moscou sous les bombes

Les photos prises pendant les combats du Kremlin en octobre 1917, conservées dans le plus grand secret, viennent d’être rendues publiques.

18 octobre 2017
Société

Les secrets de la résidence de l’ambassadeur de France à Moscou

Le merveilleux terem de conte de fée d'Igoumnov a connu des pages dramatiques et étonnantes avant d'accueillir l'ambassadeur de France.

17 octobre 2017
Culture

Les mémoires de Vera Figner : genèse de l’« avant-garde révolutionnaire »

Mémoires d’une révolutionnaire, de Vera Figner. Pour un musée de la révolution d’Octobre.

4 octobre 2017