S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

État des lieux des forces armées de Russie

État des lieux des forces armées de Russie

Viktor Mourakhovski, colonel de réserve, rédacteur en chef de la revue Arsenal Otetchestva et ancien officier de l'état-major des forces armées russes, évalue pour la revue Lenta.ru l'état actuel de l’armée nationale et ce qui l’attend à l'avenir. Lenta.ru : La Russie est-elle en train de s'engager dans une course mondiale aux armements ?Viktor Mourakhovski : Je suis absolument persuadé du contraire : ce n'est pas le cas et ça ne le sera pas. Le président l'a encore rappelé récemment. Les 20 000 milliards de roubles (environ 249 milliards d'euros) qui ont été alloués au programme étatique d'armement à l’horizon 2020 sont les seules ressources destinées à l’armée. Et je rappelle que ce programme a été adopté dès 2011. Ni les forces armées ni le complexe militaro-industriel ne recevront un kopeck de plus, surtout vu les conditions économiques actuelles.Il n'y a donc absolument pas lieu de parler de « course aux armements ». Tout fonctionne selon un programme adopté il y a déjà plusieurs années.Conformément à ce programme, au cours des cinq premières années – soit de 2011 jusqu'à la fin de cette année –, des ressources importantes ont été assignées à la création d'un armement de nouvelle génération. Aujourd'hui, cette étape s'achève, et nous sommes en train de passer à la mise en service et à la production en série de ces armes.À lire les médias, on peut effectivement avoir l'impression que la Russie est engagée dans une course aux armements, mais c'est une erreur. Sur les 20 000 milliards prévus par le programme étatique d'armement, un tiers a déjà été dépensé. Et les deux tiers restants serviront précisément, de 2016 à 2018, à ce que ces nouveaux armements soient produits en masse, puis achetés par notre armée.Lenta.ru : On travaille aujourd'hui, dans le monde, à l'élaboration de l'armement du futur : soldats-robots, drones… Où la Russie se situe-t-elle en la matière ? V.M. : Dans son rapport du 11 décembre, le ministre de la défense a précisé que l’armée russe, qui ne possédait que quelques dizaines de drones en 2011, en recensait déjà plus de 1 700 en décembre 2015.Nous nous apprêtons à mettre en service très bientôt des drones d’attaque, capables d’opérer à une distance de plusieurs milliers de kilomètres.En outre, nous développons actuellement des dispositifs robotiques destinés aux troupes terrestres et aériennes.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Julia Breen