S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

[DIRECT] Discours de Vladimir Poutine devant l’Assemblée générale des Nations Unies

[DIRECT] Discours de Vladimir Poutine devant l’Assemblée générale des Nations Unies

Vladimir ‪‎Poutine a prononcé un discours lundi 28 septembre dans le cadre de la 70e session de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York. Une intervention qui était très attendue puisque cela faisait 10 ans que le président russe n'était pas venu à l'ONU. En voici la retranscription. 

La version complète en français est disponible ici.

Discours :

Le 70e anniversaire de l'ONU est l'occasion d'évoquer le passé et de réfléchir à l'avenir. En 1945, les pays ont uni leurs efforts pour penser à l'après-guerre, et c'est dans notre pays, à Yalta, que se sont réunis les chefs de la coalition anti-hitlérienne.Les différends à l'ONU ont toujours existé et le droit de veto a toujours été appliqué par tous les membres du Conseil de Sécurité. C'est normal. Au moment de la création de l'ONU, on ne comptait pas sur l'unanimité mais sur la recherche de compromis.Nous savons tous qu'à la fin de la Guerre froide, il n'y a plus eu qu'un centre de domination. Ceux qui se trouvaient au sommet ont pensé qu'il ne fallait plus tenir compte de l'ONU, que l'organisation ne mettait que des bâtons dans les roues. Des rumeurs ont surgi : l'organisation était devenue obsolète et avait rempli sa mission originale.Mais si l'ONU disparaît, cela peut conduire à l'effondrement de l'architecture mondiale et du droit international. C'est la raison du plus fort et l’égoïsme qui vont primer.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Le Courrier de Russie

Biélorussie : un président en état de siège

L’élection présidentielle biélorusse se tient, ce dimanche 9 août, dans un climat de tension sans précédent. Fébrile face à la montée en puissance de l’opposition, le président sortant, Alexandre Loukachenko, a pris le risque de provoquer une crise diplomatique avec la Russie pour mobiliser son électorat.

 

6 août 2020