Boris Nemtsov : mort symbolique d’un (play)boy de la politique russe

Le meurtre de Boris Nemtsov est des plus symboliques. « L’opposant, le Kremlin et la jeune top-model ukrainienne » : trois éléments qui résument la carrière politique de ce gouverneur devenu ministre, favori à la présidence russe et opposant à Poutine.

Le physicien

Boris Nemtsov avait 55 ans. Son sourire éclatant, sa mise en plis impeccable et son look décontracté lui en donnaient 40. Le « play-boy de la politique russe », comme on aimait le surnommer, a toujours été en avance sur son temps.

Chercheur à la faculté de radio-physique de Gorki [nom de Nijni Novgorod de 1932 à 1991, ndlr], Boris Nemtsov écrit son premier article engagé en 1987, à la demande de sa mère, la célèbre médecin Dina Eïdman, afin de protester contre la construction d’une centrale nucléaire dans la région. « Il voulait montrer, en tant que chercheur, ce qu’il adviendrait de la ville si une explosion se produisait à la centrale, explique Alexandre Kotiousov, assistant de Nemtsov à l’époque et son premier attaché de presse jusqu’en 2004. Au début, il a mené ce genre d’actions citoyennes, puis il a organisé des rassemblements contre le projet, qui a finalement été annulé. »

Le jeune physicien, qui prend rapidement goût à l’engagement citoyen, multiplie les prises de parole lors de rassemblements contre le pouvoir communiste, avant de ranger définitivement sa blouse blanche et d’être désigné, en 1990, député populaire pour le bloc Russie démocratique de Gorki. « Des gens aussi jeunes, intelligents et courageux, ça ne courait pas les rues à l’époque, souligne Alexandre Kotiousov. Son fort charisme attirait l’attention de tout le monde. »

Préparant sa campagne pour l’élection présidentielle de 1991 – première et dernière d’URSS –, Boris Eltsine décide de profiter de la popularité de Nemtsov en l’invitant à rejoindre son équipe. « Nemtsov était plein d’initiatives, se souvient Sergueï Filatov, ancien directeur de l’administration du président Eltsine, dans une interview au magazine Rousskiï Reporter. Il avait toujours beaucoup d’idées lorsqu’il s’agissait de sortir d’une impasse. Et Boris Eltsine avait besoin de ce genre de personnes. » Le jeune homme politique, loyal, n’hésite pas à troquer des vacances en compagnie de sa femme et sa fille dans sa ville natale de Sotchi contre une tournée des bases militaires de la région de Moscou, en août 1991, en faveur de Boris Eltsine et contre le putsch.

Les deux hommes se rapprochent, et Boris Nemtsov se voit proposer la gouvernance de la région de Nijni Novgorod au terme d’une purge générale des dirigeants n’ayant pas soutenu le mouvement de Eltsine. « Tu es jeune, bien sûr, tu n’as que 32 ans. Mais je te nomme quand même à la tête de la région pour quelques mois. Si tu ne te montres pas à la hauteur, je te congédie », […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

Depuis le 29 novembre, après plusieurs années de débats houleux, l’enseignement de la langue tatare n’est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Le Conseil d’État de la république, sous la pression de Moscou, a tranché : il devient facultatif, à raison de deux heures de cours par semaine. Ekaterina Khodjaeva, sociologue et auteur de nombreux ouvrages sur les mouvements socio-ethniques au Tatarstan, revient pour Le Courrier de Russie sur ce bras de fer linguistique. Le Courrier de Russie : La république du Tatarstan est ethniquement composée d’environ 53,2 % de Tatars et de 39,7 % de Russes. A qui et pourquoi l’enseignement obligatoire du tatar à l’école posait-il problème ? Ekaterina Khodjaeva : Le principal problème résidait dans l’enseignement même de cette langue. Suite à sa désignation comme langue d’État dans la république, au début des années 1990, la législation du Tatarstan a, dans la foulée, garanti son enseignement obligatoire au même niveau que le russe, du primaire à la fin du secondaire, en raison de 5 à 6 cours hebdomadaires. Prise dans la précipitation, cette décision ne tenait toutefois pas compte de l’absence de programme, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

30 novembre 2017
Société

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L’entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la fermeture et la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou. Pour rappel : leur entrée était « interdite » aux homosexuels. Chronique d’un scandale. C’était son principal argument de vente : un écriteau en bois, disposé derrière les vitrines, proclamant « Entrée interdite aux pédés ». Et c’est aujourd’hui la principale raison de la revente de ses six boulangeries moscovites, à en croire un message plein de haine posté par Sterligov sur son compte Vkontakte le 1er novembre. « Le procureur fait fortement pression sur moi. Il voulait d’abord que j’enlève le mot pédé de ma pancarte car ce serait soi-disant un terme obscène, alors qu’il est totalement décent. Enfin, bref. Nous l’avons remplacé par sodomites, qui sont comme des pédérastes, sauf que c’est un mot biblique. Or, il s’avère que le vrai problème n’est pas le mot employé mais qu’ils veulent qu’on serve tout le monde, c’est-à-dire MÊME LES PÉDÉS, sinon, après des inspections, ils nous feront fermer. (…) En somme, on m’a proposé de choisir entre mon affaire et ma conscience. J’ai choisi ma conscience », […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

8 novembre 2017
Culture

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ? LCDR Radio en a concocté une petite compil’, inspirée par le portail d’information Arzamas.La MarseillaiseComme leurs confrères français de la fin du XVIIIe siècle, à qui ils vouaient une certaine admiration, les révolutionnaires bolchéviques se rassemblaient derrière la Marseillaise. Enfin, pas tout à fait la même – celle des travailleurs. Adaptée par le philosophe Piotr Lavrov en 1875, la Nouvelle Chanson, comme on avait aussi coutume de l’appeler, célébrait le reniement de l’ancien monde et appelait le peuple ouvrier à se soulever sur la mélodie originale de Claude Joseph Rouget de Lisle. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

27 octobre 2017