Boris Nemtsov : mort symbolique d’un (play)boy de la politique russe

Le meurtre de Boris Nemtsov est des plus symboliques. « L’opposant, le Kremlin et la jeune top-model ukrainienne » : trois éléments qui résument la carrière politique de ce gouverneur devenu ministre, favori à la présidence russe et opposant à Poutine.

Le physicien

Boris Nemtsov avait 55 ans. Son sourire éclatant, sa mise en plis impeccable et son look décontracté lui en donnaient 40. Le « play-boy de la politique russe », comme on aimait le surnommer, a toujours été en avance sur son temps.Chercheur à la faculté de radio-physique de Gorki [nom de Nijni Novgorod de 1932 à 1991, ndlr], Boris Nemtsov écrit son premier article engagé en 1987, à la demande de sa mère, la célèbre médecin Dina Eïdman, afin de protester contre la construction d'une centrale nucléaire dans la région. « Il voulait montrer, en tant que chercheur, ce qu'il adviendrait de la ville si une explosion se produisait à la centrale, explique Alexandre Kotiousov, assistant de Nemtsov à l'époque et son premier attaché de presse jusqu'en 2004. Au début, il a mené ce genre d'actions citoyennes, puis il a organisé des rassemblements contre le projet, qui a finalement été annulé. »Le jeune physicien, qui prend rapidement goût à l'engagement citoyen, multiplie les prises de parole lors de rassemblements contre le pouvoir communiste, avant de ranger définitivement sa blouse blanche et d'être désigné, en 1990, député populaire pour le bloc Russie démocratique de Gorki. « Des gens aussi jeunes, intelligents et courageux, ça ne courait pas les rues à l'époque, souligne Alexandre Kotiousov. Son fort charisme attirait l'attention de tout le monde. »Préparant sa campagne pour l'élection présidentielle de 1991 – première et dernière d'URSS –, Boris Eltsine décide de profiter de la popularité de Nemtsov en l'invitant à rejoindre son équipe. « Nemtsov était plein d'initiatives, se souvient Sergueï Filatov, ancien directeur de l'administration du président Eltsine, dans une interview au magazine Rousskiï Reporter. Il avait toujours beaucoup d'idées lorsqu'il s'agissait de sortir d'une impasse. Et Boris Eltsine avait besoin de ce genre de personnes. » Le jeune homme politique, loyal, n'hésite pas à troquer des vacances en compagnie de sa femme et sa fille dans sa ville natale de Sotchi contre une tournée des bases militaires de la région de Moscou, en août 1991, en faveur de Boris Eltsine et contre le putsch.Les deux hommes se rapprochent, et Boris Nemtsov se voit proposer la gouvernance de la région de Nijni Novgorod au terme d'une purge générale des dirigeants n'ayant pas soutenu le mouvement de Eltsine. « Tu es jeune, bien sûr, tu n'as que 32 ans. Mais je te nomme quand même à la tête de la région pour quelques mois. Si tu ne te montres pas à la hauteur, je te congédie »,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

L'enseignement du tatar n'est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Ekaterina Khodjaeva revient sur un bras de fer linguistique.

 

30 novembre 2017

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

 

8 novembre 2017

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

 

27 octobre 2017