Polonski recouvre sa liberté

L’homme d’affaires russe Sergueï Polonski a été libéré sous caution mercredi 3 avril après avoir purgé trois mois de prison au Cambodge.


L’homme d’affaires russe Sergueï Polonski a été libéré sous caution mercredi 3 avril après avoir purgé trois mois de prison au Cambodge.

Sergueï Polonski
Sergueï Polonski avant son arrestation

« Cambodge. Sihanoukville. 08h07 (heure de Moscou). Sergueï Polonski a été libéré et a quitté les murs de la prison où il croupissait depuis plus de trois mois. Merci à tous ceux qui nous ont soutenus au cours de cette période éprouvante. C’est une victoire ! » a posté sur sa page Facebook l’avocat de l’homme d’affaires, Alexandre Dobrovinskiï, mercredi 3 avril.

Ce sont d’anciens ressortissants russes établis au Cambodge qui ont versé la caution de 50 000 dollars à la police locale. « En tant que citoyens cambodgiens, mon fils Ostap et moi-même nous sommes portés garants pour Polonski qui est contraint de rester dans les limites du royaume jusqu’au jugement », a annoncé Nikolaï Dorochenko, conseiller du Premier-ministre cambodgien, ancien partenaire d’affaires de Polonski, et dont le fils travaille comme officier de police.

Les autorités cambodgiennes ont donc tenu leur promesse. La veille, mardi 2 avril, elles avaient accepté de coopérer suite à une demande de libération exprimée par des membres de la délégation russe à Phnom Penh et le député de Russie juste Alexeï Tchepa.

Au matin du 3 avril, l’avocat de Polonski a annoncé avoir reçu une lettre du ministère cambodgien de la justice qui acceptait la libération de l’homme d’affaires sous certaines conditions : versement d’une caution, prise en charge par deux Cambodgiens honorables de Polonski contraint de rester dans le pays, déclaration rédigée par Polonski indiquant qu’il n’a aucun grief envers le roi, le Premier-ministre, le système judiciaire et le peuple cambodgien. « Ainsi se pourrait-il que Polonski sorte aujourd’hui de prison et demeure dans sa résidence sur l’île dans l’attente du procès », concluait la lettre.

Sergueï Polonski et deux de ses amis, Konstantin Baglaïa et Alexandre Karatchinksiï, avait été arrêtés le 31 décembre 2012 par les forces de l’ordre cambodgiennes, dans la station touristique de Sihanoukville, pour avoir, en état d’ébriété, menacé avec des couteaux l’équipage employé sur le yacht qu’ils avaient loué pour passer les fêtes de fin d’année. Les trois camarades auraient ensuite enfermé les marins dans la cale avant de les laisser sauter par-dessus bord.

Les deux complices de Polonski avaient recouvré leur liberté dès le 14 mars. Le tribunal, n’ayant trouvé aucune preuve de leur culpabilité, avait changé leur statut de prévenus en témoins.

« S’il s’était comporté correctement, Polonski aurait probablement été libéré plus tôt et le procès aurait déjà été bouclé », a fait savoir Alexeï Tchepa dans une interview accordée au quotidien Kommersant. En attendant, Polonski devrait prendre place sur le siège des accusés au cours de la semaine prochaine et l’affaire devrait être close en une journée tout au plus.