fbpx

Quelles sont les causes du changement de pouvoir au Daghestan ?

Les spéculations sur le départ du président du Daghestan ont donné lieu à un vrai thriller politique et ont alimenté les débats dans la république caucasienne. Les Daghestanais sont persuadés qu’un conflit d’intérêts entre des clans influents se cache derrière ce changement de pouvoir. Quoi qu’ils puissent penser, les faits sont bel et bien là : le 28 janvier 2013, Magomedsalam Magomedov a été destitué de ses fonctions par Vladimir Poutine et remplacé ad interim par Ramazan Abdoulatipov.

A qui revient la victoire ?

– C’est d’une lâcheté incroyable, a commenté un membre du gouvernement daghestanais sur la « démission » de Magomedsalam Magomedov.

La veille de sa destitution, il semblait pourtant que le président daghestanais garderait les rênes du pouvoir. Les premières rumeurs sur son départ sont apparues le 20 janvier, mais deux jours plus tard, Magomedov s’était envolé vers Moscou pour s’entretenir avec Vladimir Poutine. Dès son retour, son entourage s’était senti soulagé. Narimane Gadjiev, ministre des médias, avait d’ailleurs posté sur son compte Twitter : « Cela ne laisse présager qu’une chose : la victoire !!! », sous-entendant que Magomedov ne partirait nulle part. Ce week-end-là, c’est pourtant bien l’autre clan qui a crié la victoire.

Une source du gouvernement local a confié à l’hebdomadaire russe Rousskiï Reporter, sous le couvert de l’anonymat, qu’aucune raison évidente n’expliquait la démission de Magomedov :

– Nombreux pensent qu’un conflit entre Magomedov et les forces de l’ordre a provoqué son renvoi, car il empêchait les troupes daghestanaises de travailler à plein régime. Personnellement, j’ai une autre explication. Je pense que Magomedov a signé la fin de sa carrière en ne tenant pas les promesses faites à l’oligarque Souleïman Kerimov, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Mélanie Moxhet

Dernières nouvelles de la Russie

Économie

Où fait-il bon faire des affaires en Russie ? (3/3)

Hormis Saint-Pétersbourg et Moscou, quelles sont les villes russes connues des étrangers ? Les présentations visant à attirer les investisseurs étrangers en régions sont nombreuses. Le magazine Forbes a dressé la liste des trente villes propices aux affaires. Le Courrier de Russie publie ce classement en trois parties. Retrouvez le début du classement ici Note de la rédaction de Forbes – méthodologieEn Russie, chaque région applique ses propres règles, formelles ou informelles. Ce n’est donc pas chose aisée de les comprendre, et encore moins de les comparer. Forbes s’est toutefois attelé à la tâche afin de révéler les villes russes les plus propices au commerce. Les journalistes ont tout d’abord sélectionné les 40 villes russes les plus importantes en termes de population et de salaire moyen. Dix d’entre elles ont finalement été exclues du classement vu les nombreux obstacles au commerce qu’elles présentent : Novossibirsk, Sotchi, Tcheliabinsk, Volgograd, Perm, Orenbourg, Sourgout, Barnaoul et Tchita. Afin d’établir la comparaison, divers critères ont été pris en compte. Citons entre autres la législation fiscale, le taux de main-d’œuvre, le bon déroulement des procédures administratives, les tarifs énergétiques et les ressources financières. Forbes n’a pas  négligé l’accessibilité aux leviers de l’État : il n’est pas excessif d’affirmer que les contrats et les investissements publics sont désormais les stimulants de l’économie russe. Il a donc été question de déterminer si les dirigeants ouvraient grand leurs portes aux entreprises étrangères ou s’ils se répartissaient « entre eux » les commandes étatiques. Finalement, Forbes s’est efforcé de récolter des témoignages d’hommes d’affaires locaux et de patrons de grandes entreprises privées régionales. Un travail qui fut loin d’être simple, vu que les entreprises majeures sont généralement détenues par l’État ou font partie d’un holding dont le quartier général est établi à Moscou.21. Saint-Pétersbourg Population : 5 000 000 habitants Salaire moyen : 29 500 roubles (667 euros) Localisation : centre administratif de la région de Leningrad, nord-ouest de la Russie Saint-Pétersbourg est la ville qui compte la plus grande quantité de petites entreprises pour 100 000 habitants en Russie. Paradoxalement, c’est l’unique mégapole du pays où sont mises en vente et en location des habitations municipales dépourvues d’électricité. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

12 septembre 2013
Économie

Où fait-il bon faire des affaires en Russie ? (2/3)

Hormis Saint-Pétersbourg et Moscou, quelles sont les villes russes connues des étrangers ? Les présentations visant à attirer les investisseurs étrangers en régions sont nombreuses. Le magazine Forbes a dressé la liste des trente villes propices aux affaires. Le Courrier de Russie publie ce classement en trois parties. Retrouvez le début du classement ici Note de la rédaction de Forbes – méthodologie En Russie, chaque région applique ses propres règles, formelles ou informelles. Ce n’est donc pas chose aisée de les comprendre, et encore moins de les comparer. Forbes s’est toutefois attelé à la tâche afin de révéler les villes russes les plus propices au commerce. Les journalistes ont tout d’abord sélectionné les 40 villes russes les plus importantes en termes de population et de salaire moyen. Dix d’entre elles ont finalement été exclues du classement vu les nombreux obstacles au commerce qu’elles présentent : Novossibirsk, Sotchi, Tcheliabinsk, Volgograd, Perm, Orenbourg, Sourgout, Barnaoul et Tchita. Afin d’établir la comparaison, divers critères ont été pris en compte. Citons entre autres la législation fiscale, le taux de main-d’œuvre, le bon déroulement des procédures administratives, les tarifs énergétiques et les ressources financières. Forbes n’a pas négligé l’accessibilité aux leviers de l’État : il n’est pas excessif d’affirmer que les contrats et les investissements publics sont désormais les stimulants de l’économie russe. Il a donc été question de déterminer si les dirigeants ouvraient grand leurs portes aux entreprises étrangères ou s’ils se répartissaient « entre eux » les commandes étatiques. Finalement, Forbes s’est efforcé de récolter des témoignages d’hommes d’affaires locaux et de patrons de grandes entreprises privées régionales. Un travail qui fut loin d’être simple, vu que les entreprises majeures sont généralement détenues par l’État ou font partie d’un holding dont le quartier général est établi à Moscou.11. Nijni Novgorod Population : 1 300 000 habitants Salaire moyen : 24 600 roubles (556 euros) Localisation : centre administratif de la région de Nijni Novgorod, sur le bassin de la Volga Le centre d’exposition Nijegorodskaïa iarmarka n’est pas le seul souvenir de la ville commerciale qu’était Nijni Novgorod autrefois. La nette hausse du chiffre d’affaires du commerce de détail, à hauteur de 11 % en 2012, se charge aussi de le rappeler. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

9 septembre 2013
Économie

Où fait-il bon faire des affaires en Russie ? (1/3)

Hormis Saint-Pétersbourg et Moscou, quelles sont les villes russes connues des étrangers ? Les présentations visant à attirer les investisseurs étrangers en régions sont nombreuses. Le magazine Forbes a dressé la liste des trente villes propices aux affaires. Le Courrier de Russie publie ce classement en trois parties.Note de la rédaction de Forbes – méthodologie En Russie, chaque région applique ses propres règles, formelles ou informelles. Ce n’est donc pas chose aisée de les comprendre, et encore moins de les comparer. Forbes s’est toutefois attelé à la tâche afin de révéler les villes russes les plus propices au commerce. Les journalistes ont tout d’abord sélectionné les 40 villes russes les plus importantes en termes de population et de salaire moyen. Dix d’entre elles ont finalement été exclues du classement vu les nombreux obstacles au commerce qu’elles présentent : Novossibirsk, Sotchi, Tcheliabinsk, Volgograd, Perm, Orenbourg, Sourgout, Barnaoul et Tchita. Afin d’établir la comparaison, divers critères ont été pris en compte. Citons entre autres la législation fiscale, le taux de main-d’œuvre, le bon déroulement des procédures administratives, les tarifs énergétiques et les ressources financières. Forbes n’a pas négligé l’accessibilité aux leviers de l’État : il n’est pas excessif d’affirmer que les contrats et les investissements publics sont désormais les stimulants de l’économie russe. Il a donc été question de déterminer si les dirigeants ouvraient grand leurs portes aux entreprises étrangères ou s’ils se répartissaient « entre eux » les commandes étatiques. Finalement, Forbes s’est efforcé de récolter des témoignages d’hommes d’affaires locaux et de patrons de grandes entreprises privées régionales. Un travail qui fut loin d’être simple, vu que les entreprises majeures sont généralement détenues par l’État ou font partie d’un holding dont le quartier général est établi à Moscou.1. Kaliningrad Population : 440 000 habitants Salaire moyen : 24 200 roubles (547 euros) Localisation : région de Kaliningrad, au bord de la mer Baltique, entre la Pologne et la Lituanie Kaliningrad est la mère patrie de Lioudmila Poutina, la « Première Dame » de Russie. Bien entendu, cela ne justifie en rien la relation particulière qu’entretient le Kremlin avec la région. Kaliningrad est une enclave européenne, où la protestation gronde : lors des élections présidentielles de mars 2012, Poutine n’y a récolté que 52,55 % des voix, seule Moscou enregistrant un pourcentage inférieur, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

5 septembre 2013

Vous êtes actuellement hors ligne