No Putin, no cry

Pour m’assurer de la transparence des élections présidentielles je me suis inscrite sur le site du « Citoyen observateur », ai suivi leur formation et suis devenue membre de la commission électorale envoyée par Mikhaïl Prokhorov à la circonscription 2198 de Moscou. Et cela s’est passé ainsi.Ayant bien étudié les matériaux, préparés par l’ONG Golos et surtout d’après ma propre expérience suite à l’article sur les fraudes électorales pendant les législatives, j’étais prête à affronter tous ceux qui pourraient nuire à la bonne tenue des élections.Dans les fiches diffusées aux observateurs il était inscrit toutes sortes de situations et provocations pouvant survenir : si par exemple une babouchka laissait tomber son bulletin et demandait à un observateur de l’aider à le ramasser – il ne fallait pas, parce qu’il n’avait pas le droit de toucher aux bulletins, et la babouchka l’incitait alors à une violation. Ou bien, si un observateur apercevait un paquet de bulletins lors du décompte des voix – indice de bourrage des urnes, il ne pouvait pas y toucher, mais conservait tout de même le droit de s’allonger dessus en attendant la police pour qu’elle enregistre une fraude.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Vera GAUFMAN

Dernières nouvelles de la Russie

Natura Siberica : des cosmétiques sibériens à la conquête de l’Europe

« J’estime qu’avant de se lancer sur le marché d’un pays, il faut en étudier la culture et proposer un produit tenant compte des spécificités nationales. »

 

2 juillet 2015

Alex Yocu : « Je n’ai même pas fini de lire le mode d’emploi de mon appareil photo »

Rencontre avec le photographe russe Alex Yocu

 

4 mars 2015

Gonzague de Pirey : « Nous sommes en Russie pour longtemps »

Saint Gobain : "Nous sommes convaincus du potentiel de ce marché, et nous continuerons donc de nous y développer"

 

3 mars 2015