S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Dmitri Medvedev annonce un nouveau train de réformes

Dmitri Medvedev annonce un nouveau train de réformes

Dmitri Medvedev s'est exprimé jeudi 22 décembre sur les actions de protestation qui secouent le pays depuis les élections législatives du 4 décembre, et a annoncé dans son discours des changements radicaux : retour aux élections directes des gouverneurs de région, simplification des procédures d'enregistrement des petits partis et création d'une télévision publique. Le chef de l'État a également évoqué les « provocateurs » et les « extrémistes » qui voudraient, selon lui, « entraîner le pays dans la tempête »...Dès le début de son discours, Medvedev a abordé les difficultés politiques du pays. « À propos des élections parlementaires, certains sont pleinement satisfaits, d’autres ne le sont pas du tout. C'était le cas lors des élections précédentes, ça arrive à chaque fois. Nous accueillons avec attention et respect toute critique à l’encontre des institutions étatiques et des responsables, a déclaré Medvedev. Nous ne laisserons pas les provocateurs et les extrémistes entraîner le pays dans la tempête et ne permettrons pas d’intervention extérieure dans nos affaires intérieures. La Russie a besoin de démocratie, pas de chaos », a-t-il poursuivi, ajoutant que le droit des gens à exprimer leur opinion par tous les moyens légaux était garanti par la Constitution.Pourtant, Medvedev a consacré la première demi-heure de son intervention, non à la réforme politique, mais au bilan de sa présidence – on sait qu’il a refusé de se présenter aux nouvelles élections de mars 2012. Le président a commencé par féliciter le travail de son équipe pour la façon dont cette dernière a conduit le pays à travers la crise économique mondiale de 2008-2009. Medvedev a déclaré que l’on constatait cette année « l’inflation la plus basse de l’histoire de la nouvelle Russie – moins de 7% ». Le président a souligné un autre record : « les salaires et versements sociaux les plus élevés depuis la période soviétique ».« L’accumulation des réserves était et reste une politique rationnelle et c’est précisément grâce à ces économies que nous n’avons pas laissé entrer la crise en Russie »,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Nina Fasciaux