Le Courrier de Russie

La longue vie du Régiment immortel

Le 9 mai 2015, 500 000 personnes à Moscou et plus de 11 millions dans tout le pays ont défilé dans les rues avec des portraits de leurs aïeux, vétérans de la Seconde Guerre mondiale.

« Il n’est pas une famille en Russie qui ne commémore pas son héros » : la citation, tirée d’une chanson du célèbre film soviétique Les Officiers, dit vrai. Tous les Russes, sans exception, ont dans leur famille quelqu’un ayant participé à l’effort collectif de la guerre ; ce qui explique le succès massif de cette manifestation, baptisée « Régiment immortel ». Lancée par le journaliste de Tomsk Sergueï Lapenkov en 2012, la marche a d’abord eu lieu dans quelques régions russes pour, après avoir été prise sous la tutelle de la mairie de Moscou en cette année 2015, finir par prendre une échelle véritablement nationale. Vladimir Poutine a également marché dans les rues de la capitale en brandissant un portrait de son père, qui s’est battu contre l’armée hitlérienne dans les environs de Leningrad. La manifestation a reçu un écho largement positif dans toutes les couches de la population russe. Beaucoup affirment avoir l’intention d’y participer l’année prochaine, et de nombreux observateurs voient dans cet engouement massif le signe d’un renouveau national en Russie. Nous publions les digressions du politologue Boris Mejouev sur cette question.

En entendant la formule « Les événements de Mai », on se rappelle le plus souvent les désordres étudiants de Paris, en 1968, ou encore, parfois, les troubles de la place Tiananmen, à Pékin. Eh bien, ce serait vraiment formidable si le « Mai russe » de l’année 2015 pouvait se hisser à un même rang historique que le « Mai de Paris » (mais, évidemment, […]