Levez l'anonymat sur vos hommes

La grenouille, c'est moi

La grenouille, c'est moi

Levez l’anonymat qui pèse sur vos hommes

Les femmes russes ont cette particularité d’être si rayonnantes qu’elles semblent non seulement avoir dérobé la lumière de l’Astre en même temps que sa chaleur, mais également jeté l’ombre sur leurs hommes.

Nina Fasciaux | 1 avril 2013
La grenouille, c'est moi

Le noir c’est blanc

Un homme éminemment simple et simplement éminent m’a dit récemment que « la neige en Russie était un merveilleux cache-misère ».

Nina Fasciaux | 11 mars 2013
La grenouille, c'est moi

Qu’avez-vous vu de la Russie, Monsieur le Président ?

Lors de votre première visite à Moscou, Monsieur le Président, vous allez certainement, entre l’aéroport et la résidence de Poutine, ne voir de la Russie que ce qu’elle voudra bien dévoiler en apparence et pour quelques heures.

Nina Fasciaux | 28 février 2013
La grenouille, c'est moi

Dernier étage sans ascenseur

« J’avais l’habitude que l’on me réclame le livret de famille de ma grand-mère… » : Nina Fasciaux sur la recherche d’un logement à Moscou

Nina Fasciaux | 15 février 2013
La grenouille, c'est moi

Théophanie : « si t’y vas, j’y vais »

Les Russes ont ceci d’exceptionnel qu’ils rendent des comportements extraordinaires tout à fait ordinaires, pour ne pas dire – des comportements animaux plus ou moins humains.

Nina Fasciaux | 21 janvier 2013
La grenouille, c'est moi

Sur la route

Il vous faudra une station de radio un peu désuète (ce n’est pas ce qui manque !), une carte routière récente (trois mois maximum – le pays évolue à la vitesse de la lumière), du café soluble et du saucisson fumé ou du poisson séché.

Nina Fasciaux | 17 janvier 2013
La grenouille, c'est moi

Je suis pro-russe

L’article le plus aimé par nos lecteurs en 2012

Nina Fasciaux | 31 décembre 2012
La grenouille, c'est moi

Si seulement je pouvais payer tes impôts, Gérard !

Gérard Depardieu, c’est un peu comme Napoléon, je n’en ai rien à foutre et les Russes eux – l’adorent.

Nina Fasciaux | 21 décembre 2012
La grenouille, c'est moi

Pour le meilleur et pour le pire

Alors que je me creusais les méninges pour trouver une idée de chronique digne de nos dix ans, une amie m’a suggéré bêtement de parler d’amour – ce à quoi j’ai ri aussi bêtement.

Nina Fasciaux | 13 décembre 2012
La grenouille, c'est moi

Rybinsk, hôte de ma nostalgie

« Quand tu es pris de nostalgie, ce n’est pas un manque, c’est une présence, c’est une visite, des personnes, des pays arrivent de loin et te tiennent un peu compagnie » – Erri de Luca, Montedidio.

Nina Fasciaux | 23 novembre 2012
La grenouille, c'est moi

Au Canada aussi, il y a de la neige et des moustiques

Le 26 octobre, il faisait encore nuit quand je me suis levée – et pourtant je n’étais pas tombée du lit. Il faisait froid – et je rechignais à sortir déjà mon gros manteau du placard.

Nina Fasciaux | 12 novembre 2012
La grenouille, c'est moi

Chiche !

« Bien que l’on évoque les « montagnes russes » pour parler d’ascenseur émotionnel, le Russe est en réalité assez constant. Son caractère extrême et lunatique est prévisible. »

Nina Fasciaux | 30 octobre 2012
La grenouille, c'est moi

J’accuse… !

On me dit que la France est déprimée. Et que, pire encore, ça se voit. On me dit aussi que les Russes font tout le temps la gueule, et que ça aussi, ça se voit.

Nina Fasciaux | 17 octobre 2012
La grenouille, c'est moi

Jamais sans mon sac plastique

Mon métier consiste entre autres, cher lecteur, à vous faire ouvrir les yeux sur des petits riens du quotidien que vous ne remarquez plus. N’avez-vous donc jamais noté, à vos heures perdues dans le métro moscovite, que sur votre rame une personne sur dix au moins avait un sac plastique à la main ?

Nina Fasciaux | 2 octobre 2012
La grenouille, c'est moi

Séduis-moi, je te dirai qui tu es

Le Courrier de Russie fait fi des clichés. Pourtant, en matière de séduction, ces derniers ont du bon – et parfois à raison. Sauf lorsqu’il s’agit des Russes, avec qui l’on ne sait pas toujours sur quel pied danser.

Nina Fasciaux | 21 septembre 2012
La grenouille, c'est moi

Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ?

Je suis dans le train à grande vitesse numéro 6198, départ Avignon, destination Paris. Il met 3h46 pour parcourir 579 kilomètres : c’est ce que les Français appellent un train lent, un TGV ancienne génération. Mes amis parisiens me reprochent d’ailleurs d’arriver trop tard pour l’apéritif.

Nina Fasciaux | 5 septembre 2012
La grenouille, c'est moi

Napoléon, rien à foutre !

Puisque nous nous apprêtons à célébrer 1812, laissez-moi vous en toucher deux mots.

Nina Fasciaux | 25 juillet 2012
La grenouille, c'est moi

Tous des héros

Se battre, rester sur ses positions, ne jamais flancher : la Russie vous oblige à vous surpasser, à toujours aller au-delà de ce dont vous vous croyiez capable.

Nina Fasciaux | 11 juillet 2012
La grenouille, c'est moi

Vous avez dit pimbêche ?

C’est un regard qui part d’en-haut, descend, remonte des pieds à la tête et puis retour. C’est un regard que j’ai pratiqué à l’envi dès mon plus jeune âge : celui d’une femme qui en observe une autre – et qui s’apprête à la juger.

Nina Fasciaux | 26 juin 2012