La Biélorussie sans démagogie

Dire qu’on a « visité la Biélorussie », c’est ennuyeux. Mais raconter qu’on a passé le week-end dans la « dernière dictature d’Europe » et qu’on y a bu de la vodka avec le sosie de Loukachenko – n’importe quel moustachu faisant l’affaire –, quel panache ! - Oh, la France ! Vous savez ce qu’on dit, de la France ? - Non, qu’est-ce qu’on dit ? - Qu’on y parle la langue de l’amour. - Ah oui... - Et vous, vous dites quoi ? - Nous ? - Oui, sur la Biélorussie, vous dites quoi ? - Nous, on dit que vous êtes la dernière dictature d’Europe.Jusque là, j’avais essayé de ne pas y penser. De ne pas jouer les aventurières en me disant : Là ! Je suis dans la dernière dictature d’Europe. Parce que lorsqu’on fait ça, je le sais, on s’intéresse un peu moins au pays et un peu plus à nous dans le pays – ça fait plus d’anecdotes à raconter au retour que la succession interminable de bottes de foin aperçues dans la campagne biélorusse.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Nina Fasciaux

Dernières nouvelles de la Russie

Jean Malaurie : « Dans ces temps compliqués, il est essentiel que Paris reste unie fraternellement auprès de Moscou »

Jean Malaurie est le premier homme à avoir atteint, le 29 mai 1951, le secteur du Pôle géomagnétique Nord.

 

17 décembre 2015

Germain Derobert : « La Russie est un pays où l’on est en proie à des rencontres qui bouleversent l’existence »

La dernière Grenouille de Nina Fasciaux

 

17 juillet 2015

Catherine Joffroy : « J’ai voulu prendre, à 18 ans, la nationalité soviétique »

"La Russie va surprendre le monde."

 

3 juillet 2015