|  
37K Abonnés
  |   |  

Si seulement je pouvais payer tes impôts, Gérard !

Читать эту статью на русском

Gérard Depardieu, c’est un peu comme Napoléon, je n’en ai rien à foutre et les Russes eux – l’adorent. Je n’en ai rien à foutre de Depardieu, par conséquent je ne souhaitais pas outre-mesure dépenser mon énergie à publiquement le défendre ou, au contraire, le fustiger. Mais je ne peux pas non plus me résigner, à l’instar de tant de Russes sur la toile, à le soutenir.

Nina Fasciaux
Nina Fasciaux

Depuis la blague de Gérard Depardieu sur un soi-disant passeport russe reçu de la part de Vladimir Poutine, l’internet russe se déchaîne, d’autant plus lorsque le président russe confirme la volonté d’accueillir l’acteur sur son sol en l’appelant publiquement Gérard lors d’une conférence de presse, devant plus de mille journalistes, le 20 décembre.

Sans surprise, les Russes soutiennent en effet majoritairement « leur acteur français fétiche ». Même Ramzan Kadyrov, le leader tchétchène, a déclaré que son pays accueillerait avec joie le comédien français. Peut-être ce dernier hésite-t-il désormais à abandonner la douce et servile Belgique pour s’installer à Grozny ?

Mais trêve de blabla. La vérité, c’est qu’encore une fois, on ne voit pas plus loin que le bout de son nez – celui de Depardieu. On entend ici et là, en Russie, que c’est une honte pour l’État français de s’acharner sur un artiste, certes fortuné, mais un artiste quand même, gourou de la création intellectuelle et de l’exception culturelle française : son argent ne vient pas du pétrole, tout de même !

On entend ça. Que je suis déçue ! Je suis déçue que tant de gens, tant de Russes, qui se sont sacrifiés pendant près d’un siècle pour tenter de vivre dans un monde égalitaire, ne comprennent pas ici de quoi il retourne. Et peu-importe finalement que l’on s’acharne sur Depardieu alors qu’il y en a eu « bien d’autres » partis en Belgique avant lui. On a toujours besoin d’un bouc-émissaire, et plus il est populaire – mieux cela fonctionne.

Il y a quelques années déjà, notre cher Gégé national avait déclaré, outré, qu’après avoir payé ses maisons, ses voitures et ses impôts, il ne lui restait plus que 50 000 francs (8000 euros) par mois. Pauvre Gégé. Ne plus avoir que 8000 euros d’argent de poche pour aller boire des ballons de rouge et s’évader un peu de son hôtel particulier de 3000 mètres carrés, où certainement, on étouffe.

Et moi, en Française pourtant expatriée, avec un salaire modeste et un contrat local (je n’ai rien compris à l’évasion fiscale !) je me dis, mais de qui se moque-t-il ? Des 8,6 millions de Français qui vivent avec moins de 964 euros par mois et qui n’ont pas de maisons ni de voitures – ni d’impôts ?

Les riches (il s’agit bien ici d’un terme trahissant une certaine stigmatisation, j’ai appris loin de chez moi à ne plus trop m’offusquer du politiquement incorrect à la française) s’en vont car ils ont l’impression d’être volés par l’État. Parce qu’ils ont travaillé dur, ils estiment mériter leur petite fortune, ils ne veulent pas qu’on la leur confisque, tant et si bien que l’on parle des fameux 75% d’impôts comme d’une somme qui, arrachée de force aux mains des plus riches, disparaît. Pfiout ! – dans les airs, tout cet argent si durement gagné, tout bonnement jeté par les fenêtres !

Mais l’argent ne disparaît pas, il n’y a pas de fenêtres. L’argent est redistribué. Et c’est ça, l’essentiel.

Imaginons un peu que je sois Depardieu. Je serais extrêmement fière, quitte à devenir un peu mégalo, de payer non seulement l’école de mes enfants [en 2012, l’enseignement scolaire a représenté, après la dette, la première allocation du budget de l’État et est à peu près équivalent aux impôts sur le revenu, ndlr ] et la retraite de mes parents, mais aussi celles de nombreux autres enfants et vieillards que je ne connais pas.

Dans ma mégalomanie toute artistique, je me pavanerais devant les théâtres parisiens, les écoles de Saint-Denis et les maisons de retraite en Picardie en me disant, la poitrine gonflée d’orgueil : «J’ai contribué à faire fonctionner tout ça ». Je m’en vanterais même un peu, en soirée. Je déclarerais, magistral : « Je ne vends pas du pétrole – huh ! Je suis un artiste avec un grand A. Avec mon argent (j’insisterais ici, plein de condescendance, sur le fait que l’argent de l’État est le mien !), je fais vivre la culture de mon pays. Je suis un exemple de réussite pour la France car non seulement je n’ai pas honte d’être riche, mais en plus je n’ai pas peur de partager. »

Et puis, comme je ne serais quand même pas démuni complètement (toujours pas !), je me resservirais une dixième coupe de champagne, l’air satisfait.

Pourtant, Dieu merci, je ne suis pas Depardieu. Je suis salariée d’un journal en déficit et je paye 13% d’impôts sur le revenu. Et si l’État français venait à me demander, en ces temps de crise et réduisant encore un peu mon salaire, de payer ma part du gâteau en m’acquittant de la différence entre les taxes russes et françaises, je le ferais. Pour mes amis au chômage, pour mes parents bientôt à la retraite et pour que survivent les théâtres en province – comme c’est le cas ici en Russie, que ce soit ou non grâce au pétrole.

Nina Fasciaux

  1. Ma chère Nina,
    Pour une fois je ne vous suis pas. Vous qui payez 13% d’impôt vous ne pouvez pas comprendre. Il y a un seuil d’impôt au delà duquel, quelque soit l’efficacité de l’Etat, on se sent volé, dépossédé. A mon avis, ce seuil est en dessous de 40% or Depardieu a payé 85% en 2011. C’est juste impossible a supporter. La France surtaxe depuis toujours, souhaitons que l’exemple de Depardieu les fasse changer de politique (J’en doute)

  2. Quel plaisir de lire enfin un discours compréhensif envers notre Gégé national,avec humour sur un sujet d’actualité centralisant les tensions d’une société en crise (et pas seulement une crise économique), qui a oublié le sens du mot solidarité, alors que des individus (dont certains parfois français ont des emplois) dorment dans la rue en France.
    Ton article ne m’a pas fait pour autant acquérir plus de compassion pour le linchage que vit Gérard Depardieu, lequel n’aurait pas eu cette carrière (et donc l’argent qu’il a gagné)sans vivre en société (société où la rétribution du travail est plus qu’inégalement répartie (le problème central est d’ailleurs là à mon sens)).
    A quand une harmonisation du régime d’imposition fiscale au niveau européen (pour commencer) ?

  3. Chère Nina Fasciaux,
    Belle plume, mais si je puis me permettre une remarque. Comme souvent dans des articles non économistes, l’inflation n’est pas prise en compte lors de l’évocation des francs d’hier convertis en euros d’aujourd’hui. Les 50 000 francs de 1980 ne font pas les 8 000 euros d’aujourd’hui, loin de là ; à mon avis, à vérifier avec l’indice des prix insee (là, une règle de trois s’impose), on serait plus proche des 40 000 ou 50 000 euros, ce qui va d’ailleurs dans le sens de votre propos.
    Bien à vous

  4. L’article est joliment ecrit mais je ne peux pas etre d’accord avec vous. Comment pouvez vous defendre le taux d’imposition de la france, alors que vous etes imposee a 13% ? Comment un etat peut est capable de prendre plus plus de 75% des revenus de qqn ?? Le fait que 75% soient devenus necessaires prouvent qu’il y a un probleme majeur dans la redistribution.
    La France ne fait que sombrer plus bas en augmentant les taxes, car cela ne va pas aider a mettre en valeur des notions importantes comme … le travail, par exemple!

  5. Merci, Nina vous avez trouvé lesmots justes pour votre commentaire. Si Depardieu est redevable de tant d’argent au fisc, c’est qu’il en a gagné d’autant plus. Et qu’il peut fournir l’effort demandé à tous les Français, même à ceux qui ont le plus de mal à joindre les deux bouts. C’est également, à mon avis, un devoir de patriotisme, de même que défendre sa patrie en cas de conflit armé. Et l’on voit bien que le comédien se situe indéniablement du côté des personnes fortunées, et que cette fortune, il la doit, il en est redevable au pays qui abandonne, lâchement…. et en temps de grands sacrifices. un beau geste, en somme, vraiment du très grand art de la fourberie…

    1. Tout à fait d’accord avec votre article. Il faut savoir avoir de la grandeur d’âme quand on vit dans une grande aisance dans un pays qui est le berceau de votre réussite.

  6. Tous ces chiffres n’ont pas lieu d’être (13%-75%). La gratification des gens, sur le même territoire, ne doit pas se différencier autant (5-7 fois max). C’est complètement fou: la plupart des gens gagnent 1500euros, et quelques rares bien-lotis gagnent 10-100-1000 fois plus. C’est irrationnel. Surtout il ne faut pas mentionner la Russie.. la-bas, tous le bien publique ont été volé par quelques personnes proches du pouvoir, qui aujourd’hui empêche même d’augmenter les taxes (13%) sur ce qu’ils ont volé. Ils passent tout par les offshores. Les russes eux voteraient, les yeux fermés, la taxation de ces nouveaux riches de 75%, s’ils pouvaient. Mais ils ne peuvent pas, ils n’ont pas d’hommes politiques d’envergure (française).

  7. Le GROS problème de Depardieu, c’est surtout qu’il a soutenu Sarkozy ! Noah, Beart et compagnie n’ont pas connu les affres du lynchage gouvernemental, excusez du peu !
    Et pour répondre à tous ceux qui tentent de nous faire croire que la tonte des riches profite aux pauvres, je leur rappelerais que malgré l’explosion des taxes, contributions, et autres impôts en tout genre en France, notre pays compte de plus en plus de pauvres, de chômeurs, d’analphabètes en 6é, d’hopitaux qui ferment, de tribunaux engorgés, de violence incontrôlée, d’infrastructures vieillissantes…
    Le gouvernement français vient de budgétiser 20 millions d’euros en primes à distribuer aux employés gouvernementaux en 2013, pendant qu’il fait la leçon à Depardieu qui refuse de se faire plumer ! quel symbole !
    Un magazine économique publiait en mai 2012, preuves à l’appui: « 80 milliards d’économie rapidement, c’est possible »…
    Alors ma chère « Nina à 13% de participation », faut-il être fier de collaborer activement à la gabegie (sous les insultes, corolaire de tout fortuné français), ou la dénoncer en renonçant d’y contribuer d’avantage?

  8. N’ayant aucune sympathie particulière pour mr Depardieu, je constate tout de même le phénomène inquiétant d’un gouvernement qui invective un simple citoyen qui s’exprime…d’autant plus que ce même gouvernement n’a toujours de cesse de proclamer des grands principes de démocratie dont on sait qu’il ne les applique pas (il n’est pas le seul) dans son propre parti.
    Ces effets de manche ne pourront pas cacher longtemps les vrais problèmes (emploi, retraite, éducation, justice, déficit…) et ne font que rendre ridicule la maison France à l’étranger par l’amateurisme et l’immaturité de leur comportement. Qu’ils ne viennent surtout pas après donner des leçons de Démocratie en terre slave!

  9. @ bbbb : ça ne veut rien dire, quelqu’un qui est imposé 75% conserve plus d’argent que nous qui sommes faiblement imposés et qui pourtant trimons comme des idiots, pour à peine gagner notre vie ? Où est la justice, où est le vol ? Je suis complètement d’accord avec Nina, la redistribution est la moindre des choses. Ce n’est pas le pourcentage qu’il faut regarder, mais ce qu’il conserve, pour vivre…

    Les riches se sentent dépossédés ? Oh les pauvres petits choux ! C’est sûr que nous, nous ne risquons pas de nous sentir dépossédés, nous ne possédons presque rien… alors que s’ils sont riches, c’est grâce au pays, aux gens, qui leur offre un cadre, des consommateurs, des structures… sans lesquels ils ne seraient rien.

    Je n’aime pas trop le lynchage de Depardieu, mais je ne comprendrai jamais les larbins qui s’attachent à défendre les riches contre leur propre intérêt.

  10. Je trouve dingue que certain défendent encore ce type de comportement. 75%? Déjà, il s’agit de 75% au delà de 1 million de revenus. De la spoliation? Parce qu’il a du talent? Parce qu’il mérite plus que quiconque de gagner autant? C’est naturel?
    Il faut décidément être bien limité pour penser ainsi. Le système qui a été mis en place et dans lequel nous vivons a été créé par les hommes pour les hommes, il n’est en rien naturel. Plein de gens ont un talent énorme et gagnent leur modestes deniers sans excès. Nos brillants chercheurs/universitaires, nos professeurs, nos artisans…certains bossent à se tuer la santé pour combien? 1000, 1500, 2500€? Leur prendre 13% de leurs revenus, c’est leur prendre bien plus que de prendre 75% au dessus du million. M Depardieu est dans une branche d’activité qui peut rapporter des revenus délirants pour peu qu’on ait le talent certes, mais aussi la chance d’avoir été au bon endroit au bon moment. Participer ay système qui lui a permis de vivre est un devoir moral, et ne l’empêchera pas de continuer de se saouler et de vivre grssement. Après tout, sans compter tous les revenus annexes. (revenus du capital par exemple), il luinreste quoi sur ses revenus de 2 millions apres impôts? 1,25 M pour cette année? C’est toujours plus que ceux d’une vie d’un couple de smicards….

  11. « L’argent est redistribué. Et c’est ça, l’essentiel » j’aimerai tellement y croire mais voyez-vous et votre gentille naivete me rappelle que j’y croyais moi aussi a cet Etat Providence efficace, decouvert en cours d’economie au lycee…

    Seulement ouvrons les yeux, ou partent les impots ? Tres peu pour les demunis, un peu trop pour les individus dont la societe se passerait bien et une ecrasante partie pour une fonction d’Etat obese et qui se finance sur le dos des travailleurs (les vrais, cette classe moyenne dont nous faisons partie !)

    Libre a vous de cautionner, moi je suis parti !

    « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient »

  12. Il est tellement plus agréable et enviable de payer des impôts que de ne pas en payer et tellement plus valorisant de pouvoir penser « j’ai fais quelque chose pour mon pays »

  13. Je pense que vous êtes tous assez loin du compte : ce n’est pas 8000 euros par mois qu’il reste à ce monsieur – après impôts -, mais 8000 euros par jour !
    Par ailleurs, ce n’est pas non plus 75 % des revenus que se propose de taxer l’Etat français, mais 75 % de ce qui vient APRES LE MILLION d’euros de revenus par an !!
    Je rappelles également à tous les français que vous avez activement participé à l’enrichissement de ce monsieur (qui a décidé que 8000 euros par jour n’était pas suffisant pour vivre !) via toutes les aides (très importantes) que l’Etat verse à la fameuse exception culturelle française et notamment donc au cinéma (très subventionné) !!
    Non, vraiment, ce monsieur est inexcusable et non seulement Nina a bien raison de critiquer son attitude, mais elle pourrait aller plus loin ! J’irais même jusqu’à dire qu’il se comporte comme un sale égoïste et que ses neurones ont fort pâtis sans doute de ses excès pour qu’il soit capable de se comporter ainsi dans une telle situation de crise…
    Quelle conscience politique !!! Edifiant !
    Bonne année à tous,

  14. Je bondis en lisant les commentaires des économistes de salon. Vous devriez savoir que des services collectifs corrects ne peuvent exister qu’avec des impôts suffisants. Vous vivez en Russie, moi en Ukraine, l’état des services collectifs doit être à peu près le même et si vous sortez de Moscou, vous devez bien voir qu’il y a quelque chose qui ne va pas. J’ai été avocat, spécialisé en droit fiscal et j’ai toujours considéré que payer des impôts était plus agréable que de ne pas en payer (pensez vous que l’on puisse vivre avec le SMIC ?). Si Depardieu a eu la carrière, et les revenus, qu’il a eu, c’est parce qu’il existe un système de financement public du cinéma français. Il n’est pas « minable », il est ingrat.

  15. A vrai dire, un peu etonnant – ce raisonnement. A-t-on quitte l’egalitarisme sovietique pour un regime capitaliste et democratique pour entendre de tels propos de la part ceux qui nous en donnaient l’exemple? Je n’appouve pas la demarche de Depardieu, j’en suis froisse comme si j’etais moi-aussi Francais, partant je comprends l’attitude des Francais en l’occurence. Mais les emotions ne sont pas des arguments. Concernant ceux de Nina, je dirais a la place de Gerard: lassez-moi choisir moi-meme a qui je veux faire du bien et a qui – non. Je ne veux pas que mes impots aillent aux faineants par exemple qui a leur pognon gagne grace au trafic de drogue ajoutent une subvention chomage…
    Excusez-moi de m’ingerer un peu dans les affaires qui ne regardent que les Francais. C’est juste pour demontrer une approche, a mon avis, un peu simpliste de l’article.

  16. une rêveuse ??? Il serait temps d’ouvrir un peu les yeux , bien chère Nina !!! Si l’impôt servait bien a payer des retraites , a l’éducation de nos enfants …etc , la démarche de Depardieu ou autres , serait effectivement minable. je ne connais votre légitimité pour écrire des articles sur ce média , mais si c’est en tant que journaliste , faite votre travail d’investigation avant de poster de telles sottises. Depuis plus de 3 décennies nous sommes harcelés par le fisc , mais pendant que des haut-fonctionnaires s’emploient a gaspiller l’argent public , la France d en bas s’appauvrie. Je n ai pas le temps de développer , mais je vous donne juste une piste: allez voir les comptes d’ organismes publics recevant des sommes colossales pour une cause légitime , ou , les responsables de ces structures n ayant aucune obligation de résultat, dépensent sans compter , présentent des bilans catastrophiques , tout en touchant des salaires mirobolants ( ils sont la les minables).Bref , si nous mettions un grand coup de pied dans cette fourmilière d’incapables , nos besoins de recette s en verraient divisés par trois …

  17. Votre article et tous vos articles sont issus d’une plume agréable et votre style doit être un modèle pour vos confères (quelque fois baveux) journalistes.
    J’aimerais aussi montrer que mes impôts servent à aider des jeunes à s’intégrer dans le monde du travail, à financer les maisons de retraite…malheureusement je perçois ma retraite et je vis avec sans me plaindre et je paye des impôts, il est même question de diminuer les pensions…et je reste ici…quoi faire ?

  18. Chère Nina, que Gérard Dépardieu gagne 8 000 euros par mois ou plus, c’est son problème, il les a gagnés à la sueur de son front, de ses émotions. Il n’a ni escroqué, ni volé personne.

    Ce qui l’agace certainement c’est qu’on cherche à lui imposer les idées qu’il a très bien lui-même. A partir de là, il n’a aucune envie de « distribuer » quoi que ce soit.

    Au fait, c’est quoi cette façon de parler, chère Nina ? On est en démocratie mais non sous le régime égalitariste.

    Puisqu’on parle de l’argent de Gérard D., pourriez-vous dire à combien s’élève votre « modeste salaire » comme vous le dites ?

    Merci infiniment.

Les commentaires sont fermés.