Ukraine, Irak, Gaza : bonne rentrée !

A quoi bon prendre la vie au sérieux puisque de toute façon nous n’en sortirons pas vivants ?

Alphonse Allais

Un été de plus qui se termine. Qu’en restera-t-il ? Pour beaucoup d’expatriés rentrés en France pour l’occasion, le souvenir d’une météo pourrie ! Mais vacances ou pas vacances, le monde a continué de tourner et le moins que l’on puisse dire est que les jours passent et se ressemblent tous. Partout, des pays entiers à feu et à sang. En Syrie, au Mali, en Ukraine, en Israël, en Irak pour ne parler que des conflits sur-médiatisés.

En Irak, journalistes et hommes politiques admettent implicitement l’existence d’un État Islamiste. Les séparatistes ukrainiens peuvent-ils se frotter les mains et attendre patiemment leur tour ? Non. En Irak, la « reconnaissance » de l’État Islamiste ne vise manifestement qu’à faire sortir du bois une opposition protéiforme pour mieux lutter contre. Sauf qu’il n’y a pas beaucoup de bois en Irak. La partie est donc loin d’être gagnée et l’on peut s’interroger sur la clairvoyance des États-Unis à l’égard de ce pays depuis plus de vingt ans et plus généralement sur la tendance de l’Amérique à vouloir infléchir la politique des uns et des autres partout dans le monde depuis plusieurs décennies. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Jean-Luc Pipon

Dernières nouvelles de la Russie

Éditorial

La justice française ou l’amour vache

On ne gagne rien à vouloir paraître ce qu’on n’est pas réellement. André Santini En Russie, il fait enfin beau ou presque. La Russie se remet doucement de sa dispute avec le reste du monde à propos de l’Ukraine. Et gouverner étant surtout prévoir, la Russie se tourne vers l’Est. Mais nulle raison pour l’Europe de s’affoler. L’Ouest reste le principal partenaire de la Russie. Pour les exportations russes (64 %), les importations (51 %), le capital (flottant) des sociétés cotées russes détenu par les étrangers (54 %) et les prêts bancaires consentis à la Russie (75 %). Le mouvement à l’Est est une évolution, pas une révolution. Ici comme ailleurs, la Russie se construit dans l’adversité et difficile de dire si c’est à la lettre ou plutôt dans l’esprit. Parfois l’un, parfois l’autre, voire les deux ! On aime surtout les grands principes, les grands rêves. De là, la « Grande » Russie, Poutine tel un tsar, etc., etc. Sauf que le diable se glisse toujours dans les détails ! Tel ce prêtre orthodoxe se réjouissant de la défaite de l’équipe russe à la Coupe du monde de football au motif que cette dernière ne serait plus qu’une entreprise de promotion du drapeau arc en ciel (emblème des gays) depuis que de nombreuses équipes portent des chaussures de couleurs dépareillées. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

18 juillet 2014
Éditorial

La France va-t-elle inventer le 14 juillet flottant ?

C’est une maxime bien essentielle dans le gouvernement, de prévenir que les peuples ne tombent dans une sorte d’indifférence qui leur fasse penser qu’il est égal de vivre sous une domination ou sous une autre.Louis XVI, Réflexions Quand on vient vivre en Russie, l’une des premières choses que l’on découvre est le jour férié flottant ! Comme l’agenda traditionnel qui ne mentionne pas les jours du calendrier. Seraient-ce des restes de dialectique marxiste qui visait à casser les codes d’un monde trop établi ? La vérité est plus prosaïque. « On ne gouverne pas un peuple contre ses habitudes », disait Louis XVI. En Russie, si le jour férié tombe un jour chômé, il est déplacé au jour travaillé le plus proche. De même, les horaires de travail étant traditionnellement articulés en « deux jours de travail – deux jours de repos », articuler l’agenda autour de la semaine calendaire n’a pas vraiment de sens. C’est toujours vrai aujourd’hui et il n’y a guère que l’école française à Moscou pour ignorer les jours fériés russes et appliquer les jours fériés français. Témoignage d’une république universelle ? Probablement une simple affaire de droit du travail, de statut de la fonction publique ou la nécessité d’un régime uniforme partout dans le monde. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 juillet 2014
Éditorial

L’avenir du monde ne se joue pas au Brésil

Pour que les hommes, tant qu’ils sont des hommes, se laissent assujettir, il faut de deux choses l’une : ou qu’ils y soient contraints, ou qu’ils soient trompés. La Boétie, Discours de la servitude volontaire Il y a deux jours à la télévision, j’écoutais abasourdi l’écrivain journaliste Denis Tillinac dire que les Français se moquent bien de Juncker, Schulz et Verhofstadt et n’ont d’intérêt que pour les Bleus (France 2, Mots Croisés, la Guerre des Droites, 27). Avec de tels propos, pas étonnant que la France et l’Europe soient à la traîne en économie ou en politique étrangère. Qui peut croire que l’avenir du monde se joue au Brésil ? Avec les moyens de communication modernes, nous avons tous en quelque sorte un don d’ubiquité et il est désormais impossible de se retrancher derrière l’ignorance légitime des choses lointaines. Au moment même de l’ouverture de la Coupe du monde de football, qui n’a pas appris qu’un Il-76 de l’armée ukrainienne avait été abattu par des insurgés pro-russes à Lougansk (Est de l’Ukraine) faisant 49 morts ou que les Russes avaient décidé lundi dernier de réduire à zéro leurs livraisons de gaz à l’Ukraine ? […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

19 juin 2014