Monument aux étudiants participant à un projet de stroïotrad (Université de Moscou)

Les enfants de Moscou

Inna DoulkinaInna DoulkinaAu retour d’un voyage de quinze jours à l’autre bout de la planète, Moscou ressemble à l’appartement de mon enfance, exploré dans ses moindres recoins, familier à l’ennui et sûr comme la jupe de ma mère. Chaque fois que je remets les pieds sur le sol moscovite, je sais immédiatement que sur ses 877 km², je suis exempte de tout danger. Ici, pour moi, aucun événement imprévu, ni fâcheux ni heureux. De toutes les capitales du monde, Moscou doit certainement être la plus près du noyau planétaire. Enfoncée dans la croûte terrestre, elle résiste à toute tentative de la quitter, même de façon temporaire et avec la promesse ferme de revenir. Chaque fois que je commence à me démener pour m’organiser une semaine de vacances loin de Russie, je sens la terre se liquéfier sous mes pieds et se transformer en marais troublants.

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Inna Doulkina