S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Le fascisme en Ukraine ? Mais quel fascisme ?

Le fascisme en Ukraine ? Mais quel fascisme ?

Depuis le début du conflit ukrainien, la télévision russe ne cesse de marteler que le pays est en proie au fascisme, et que c’est pour combattre cette hydre que les insurgés se sont soulevés dans le Donbass. Pour les Ukrainiens, ces accusations relèvent de la fable.  « Bandéristes, nous ?, s’exclamait récemment Oxana Zaboujko, écrivain ukrainienne, vous savez, chez nous, on a une plaisanterie là-dessus : le fascisme, c’est comme le chupacabra : tout le monde en a entendu parler mais personne ne l’a jamais vu… » Et en effet, on se dit que seule la télévision poutinienne pouvait coller un titre aussi sinistre à ces intellos brillants qui luttent contre la corruption et rêvent d’un avenir meilleur pour leur pays. C’est presque aussi absurde que traiter de fascistes les gens qui, en 2011, sont descendus manifester sur la place Bolotnaïa, à Moscou, pour exprimer leur refus de vivre sous la dictature de Poutine. Eux aussi, comme leurs camarades de la place Maïdan deux ans plus tard, avaient des visages ouverts et exprimaient des propos pleins de bons sens, avec lesquels on ne peut qu’être d’accord : du type, la liberté, c’est mieux que l’absence de liberté. Ou bien : nous voulons des élections libres ! Ils disaient encore que les défilés de la place Bolotnaïa réunissaient les meilleurs représentants du peuple russe,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Inna Doulkina