S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Salle d’attente

Salle d’attente

« Nous vivons dans une salle d’attente », écrit en 1963 le poète Robert Rojdestvenski. Il est alors âgé d’une trentaine d’années et occupe une place non négligeable dans la « jeune poésie » de l’après-XXe Congrès du Parti communiste d’Union soviétique (PCUS), organisé en 1956.Au moment de l’écriture du poème, le « Dégel » poststalinien se poursuit, mais on sent déjà se dessiner l’éventualité d’un « regel ». Robert Rojdestvenski ne parle pas d’espoirs ni même d’attentes ‒ ce serait encore trop optimiste. Il ne parle que de « salle d’attente », autrement dit d’un lieu généralement peu agréable, qui peut être le prélude au pire comme au meilleur : un voyage ou l’extraction d’une dent…1964 : Nikita Khrouchtchev est limogé.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Anne Coldefy-Faucard

Vert : les légendes de la forêt sombre

Le vert est, bien sûr, en Russie comme dans de nombreux autres pays, le symbole de la nature, du printemps, du renouveau, de la jeunesse. Mais qu’on ne nous fasse pas dire ce que nous ne disons pas : le vert russe n’est que secondairement l’emblème des écolos, et il n’a rien à voir avec celui de l’islam. Le vert russe est avant tout marqué au coin de l’ambiguïté.

 

10 juillet 2020

L’art du déboulonnage


Le déboulonnage est à la pointe de la mode occidentale : à bas les Colbert, les De Gaulle, les Confédérés ! À bas, en Europe de l’Est, les monuments en hommage aux soldats soviétiques de la Seconde Guerre mondiale ! De ce point de vue, bizarrement, c’est le calme plat en Russie. Le pays a pourtant une riche expérience en matière de boulonnage/déboulonnage.

 

26 juin 2020

Lune russe au Spitzberg

Il y a cent ans, le 9 février 1920, était signé le traité international de Svalbard, octroyant le Spitzberg et son archipel au royaume de Norvège. Les Russes, encore aux prises avec leur révolution, se sentent alors dépossédés de l'un de ces grands espaces de glace qui, depuis toujours, peuplent leur imaginaire et leur littérature.

 

8 juin 2020