Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Spoutnik-V : un vaccin très politique

Spoutnik-V
Un vaccin très politique

La Russie est le premier pays au monde à avoir provisoirement homologué un vaccin contre la Covid-19. En Occident, la nouvelle a été accueillie avec une perplexité qui rappelle que, même en période d’urgence sanitaire, les enjeux politiques priment sur la solidarité.

Le 11 août dernier, Vladimir Poutine s’est réservé l’honneur d’annoncer en personne la bonne nouvelle : la Russie a trouvé un vaccin anti-Covid ! Le produit, développé conjointement par le Centre d’épidémiologie et de microbiologie Gamaleïa et par le ministère de la Défense, est « efficace » et permet à l’organisme de « constituer des défenses immunitaires solides et durables », au dire du chef de l’État russe.

Comme gage de sa confiance dans le médicament, il a précisé que sa propre fille Katerina Tikhonova (dont il parle très rarement) avait participé aux tests et qu’elle en avait été quitte pour une petite fièvre.

Ce détail n’est pas sans rappeler Catherine la Grande, qui avait tenu à tester elle-même un vaccin contre la variole avant que le produit ne soit inoculé à son fils Paul. La légende veut qu’une voiture et une escorte aient été tenues prêtes, au cas où les choses tourneraient mal pour la tsarine et le tsarévitch, à conduire le docteur hors du pays pour le soustraire à la vindicte populaire…

Vladimir Poutine, de son côté, ne semble pas s’être fait vacciner. Nul ne lui en tiendra rigueur : la notice du médicament précise qu’il est destiné aux sujets adultes de 18 à 60 ans (le président russe a 67 ans).

La Russie, éternelle suspecte

La recherche du vaccin a été financée par le Fonds russe des investissements directs (RFPI) – un organisme sous sanctions américaines. Son président, Kirill Dmitriev – dont la femme a fait ses études avec Katerina Tikhonova...

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter