S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Vladimir Poutine, libéral incompris

Vladimir Poutine
libéral incompris

À la fin du mois de juin dernier, dans un entretien accordé au Financial Times, Vladimir Poutine affirmait que le libéralisme avait « fait son temps ». Boris Johnson, alors candidat au poste de Premier ministre qu’il occupe à présent, répondait dans une tribune pour The Telegraph : « Nous prouverons que Vladimir Poutine a tort en quittant l’Union européenne avant le 31 octobre ». À un mois de l’échéance, le Brexit n’est pas encore une réalité.

Dans sa tribune, Boris Johnson soutient l’idée selon laquelle c’est au nom du libéralisme et de la démocratie qu’en 2016, les Britanniques ont choisi de quitter l’UE. « Au fil des années, les traités successifs ont concentré toujours plus de pouvoir à Bruxelles, rendant les prises de décision opaques à l’écrasante majorité des citoyens de l’Union », écrit-il avant de conclure : « Si nous voulons défendre les valeurs libérales, nous devons sortir de l’UE avant le 31 octobre, et nous le ferons. »

Force est de constater que ni la démocratie ni le libéralisme n’ont pour l’instant permis à Boris Johnson de mettre en place le Brexit dans des conditions acceptables pour les Britanniques eux-mêmes. Contrairement à ce que l’ancien maire de Londres a pu laisser croire aux électeurs il y a trois ans, le référendum de 2016, censé exprimer l’opinion des sujets de Sa Majesté, n’est pas suffisant : encore faut-il que le parlement donne son assentiment,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Boris Iounanov

Ukraine : Zelensky cède face aux nationalistes

Élu il y a un an sur ses promesses de normalisation des relations avec la Russie et de résolution du conflit dans le Donbass, Volodymyr Zelensky vient d’adopter de nouvelles sanctions contre Moscou alors que, dans l’est du pays, les échanges de tirs sont quotidiens.

21 mai 2020

Prague-Moscou : l’espion qui venait d’un autre temps

À Prague, loin du consensus attendu en cette période de commémoration du 75e anniversaire de la capitulation nazie, une partie de la classe politique conteste le rôle joué par Moscou dans la libération de la ville et l’accuse de vouloir assassiner son maire...

14 mai 2020

Affaire Vedomosti : la presse russe sous influence

Le quotidien Vedomosti, une référence dans le monde économique russe, est le théâtre d’une vive opposition entre ses journalistes et le nouveau rédacteur en chef, Andreï Chmarov, que d’aucuns soupçonnent d’avoir été placé là par le Kremlin.

 

4 mai 2020