Pouvoir, société, médias :
Ce que révèle l’affaire Golounov

Moscou, début juin 2019. La police arrête le journaliste d'investigation Ivan Golounov pour « trafic de stupéfiants ». Aussitôt, le média en ligne pour lequel il travaille, Meduza (basé en Lettonie) dénonce une détention politique, liée au travail de Golounov – et, concrètement, à un article en cours d'écriture sur le partage mafieux du « business des pompes funèbres » dans la capitale russe. La rédaction du site en appelle à la solidarité de tous les confrères du journaliste pour poursuivre son enquête et promet qu’elle sera menée à terme.

Rapidement, les soupçons de Meduza se confirment : l' « affaire Golounov » a effectivement été montée de toutes pièces – et mal. Ceux qui l’ont arrêté sont pris en flagrant délit de mensonge, et les Moscovites font la queue, en masse, devant le quartier général de la police, 38 rue Petrovka, pour prendre leur tour de piquet individuel de soutien au journaliste (la loi russe interdit les « rassemblements non autorisés »).

La Une de RBC, Kommersant et Vedomosti le mardi 9 juin. Crédit : thefloridapost

Les trois plus grands quotidiens du pays – RBC, Vedomosti et Kommersant – publient une Une identique, qui proclame : Je/Nous sommes Ivan Golounov, et des éditos exigeant la libération de leur confrère. Ce battage médiatique éclipse presque totalement la couverture du Forum économique international de Saint-Pétersbourg et le discours du président Poutine à cette occasion.

« Toute cette affaire en dit long sur la façon dont s’organisent, chez nous, les rapports entre la société, les médias et le pouvoir. »

Face à cette pression sans précédent de l’opinion publique, la justice commence par assigner Ivan Golounov à résidence (ce qui, en Russie, constitue en soi une victoire majeure), puis le libère, abandonnant toutes les charges contre lui.

De son côté, Meduza tient parole : l’enquête est achevée par quinze journalistes de huit rédactions différentes – une collaboration inédite dans l’histoire de la presse russe. Le reportage, intitulé : « Qui possède les cimetières moscovites ? », est publié par le journal digital le 1er juillet. Aussitôt, des dizaines d’autres médias, russes mais aussi étrangers – dont The Times, The Independent, BuzzFeed News, Libération, Der Spiegel, Suddeutsche Zeitung, Delfi... – soit le relaient, soit publient un article qui reprend le sujet. Le texte est partagé près de 10 000 fois sur Facebook, et lu, en une seule journée, par un million et demi de personnes.

Un succès foudroyant,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Par Ivan Davydov

Dernières nouvelles de la Russie

Manifestations, arrestations : À Moscou, août sera chaud

D'ordinaire, en Russie, comme en France, la vie politique tourne au ralenti au mois d’août. Les talk-shows et émissions qui lui sont consacrées font place à des journaux télévisés plus légers, où variations météorologiques et cueillette des champignons sont mis à l'honneur : après tout, le téléspectateur aussi a le droit de souffler. Pas cette année.

 

30 juillet 2019

Affaire Kommersant :
Le retour de la censure ?

Le 20 mai dernier, le journaliste Ivan Safronov et le rédacteur en chef adjoint de la rubrique Politique, Maxim Ivanov, étaient licenciés – officiellement, « à l’amiable » – du célèbre quotidien russe Kommersant.

 

3 juin 2019

Le grand hiver politique
du Premier mai

En Union soviétique, où, dès les petites classes, le cours d’histoire narrait la lutte immémoriale des travailleurs pour leurs droits, chaque écolier devait connaître sa leçon sur le 1er mai par cœur…

 

30 avril 2019