Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Détroit d’Ormuz : L’indispensable téléphone rouge de la sécurité collective

Détroit d’Ormuz
L'indispensable téléphone rouge
de la sécurité collective

Andreï Kortounov est le directeur général du Conseil russe pour les affaires internationales (Russian International Affairs Council, RIAC), l’un des plus importants think-tanks russes.

Le 12 mai dernier, au large de l’émirat de Fujaïrah, à l’entrée du détroit d'Ormuz, quatre tankers battant pavillon norvégien, saoudien et émirati, font l’objet de mystérieuses attaques. Le lendemain, deux autres navires (l’un des îles Marshall, l’autre du Panama) sont pris pour cible. Ces incidents surviennent en plein regain de tensions entre Washington et Téhéran : en réponse au renforcement des sanctions américaines, l’Iran a menacé, à la fin d’avril, de fermer le détroit qui relie le golfe d’Oman au golfe Persique. Aucune des attaques n’a été revendiquée.

Force est de constater que le plus grand flou entoure cette affaire, les experts militaires internationaux se révélant incapables de trancher le débat concernant le type d'armes utilisées contre les tankers. Outre-Atlantique, l’implication des Gardiens de la révolution iraniens, placés sur la liste américaine des organisations terroristes, ne fait aucun doute. Les attaques y sont interprétées comme une manière pour Téhéran de montrer aux États-Unis qu’elle ne craint nullement l’escalade des violences dans la région.

La partie iranienne, de son côté, rejette toute accusation et évoque une provocation d’un de ses nombreux ennemis, de l’Arabie saoudite à Israël.

L'Amjad, l’un des deux pétroliers saoudiens attaqués le 12 mai 2019. Crédit : Marine Traffic

Quant à la communauté internationale, elle semble soudain découvrir que le détroit d'Ormuz voit passer chaque jour plus de dix-sept millions de barils de pétrole en provenance de pays producteurs comme l'Arabie saoudite,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter

Haut-Karabagh : gueule de bois pour les grandes puissances

Dans sa nouvelle inachevée « Et au matin ils se réveillèrent... », l’écrivain soviétique Vassili Choukchine décrit le réveil de huit hommes en cellule de dégrisement. À mesure qu’ils reprennent leurs esprits, ils en viennent à s’interroger sur les événements qui les ont amenés là et sur leur propre comportement. La guerre du Haut-Karabagh suscite des questions de ce genre à propos des grandes puissances.

 

12 octobre 2020

Les relations russo-turques en terrain miné

Analystes, journalistes et blogueurs comparent à l’envi les actuels présidents de Turquie et de Russie. Il faut dire que certains parallèles sautent aux yeux. Pas plus que Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdoğan n’est un fervent adepte des principes libéraux occidentaux ; comme lui, la coopération avec l’Europe l’a déçu. Tous deux prônent les «valeurs traditionnelles», s’appuient sur le «peuple profond» et encouragent la «renaissance religieuse».

 

5 octobre 2020

Coronavirus : la détente internationale manquée

Il y a six mois, tandis que le nouveau coronavirus venait de franchir les frontières chinoises et commençait sa conquête de l’Europe et de l’Amérique du Nord, responsables et analystes politiques ouvraient déjà le débat sur le « monde d’après ». Aux craintes des pessimistes s’opposaient notamment les espoirs des optimistes, pour lesquels la pandémie et la récession mondiale contraindraient l’humanité à mettre de côté ses dissensions.

14 septembre 2020