Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Affaire Kommersant : Le retour de la censure ?

Affaire Kommersant
Le retour de la censure ?

Le 20 mai dernier, le journaliste Ivan Safronov et le rédacteur en chef adjoint de la rubrique Politique, Maxim Ivanov, étaient licenciés – officiellement, « à l’amiable » – du célèbre quotidien russe Kommersant. En cause, un article, publié en avril dernier, évoquant la possible démission de la présidente du Sénat, Valentina Matvienko.

L’annonce de la mise à la porte des deux journalistes a fait l’effet d’une bombe dans le monde des médias et au-delà. Kommersant, en effet, n’est pas un simple journal : créé en 1988, au temps de l’URSS, en pleine perestroïka, il est le plus vieux quotidien de la jeune Russie, c’est lui qui a posé les standards du journalisme postsoviétique.

Scandale dans une bonne maison

Selon la rumeur, Valentina Matvienko, présidente du Sénat, irritée par un article annonçant son probable départ de ce poste, se serait plainte en personne auprès du milliardaire Alicher Ousmanov, propriétaire de Kommersant. L’oligarque aurait ensuite fait pression sur le rédacteur en chef du quotidien, qui aurait obtempéré. Si la sénatrice et le patron de presse ont rapidement démenti cette version des faits, il est néanmoins clair que les actionnaires du groupe sont intervenus, d’une manière ou d’une autre, auprès de la rédaction.

Alicher Ousmanov reçu par Vladimir Poutine au Kremlin en janvier 2017. Crédit : Kremlin

Suivant l'exemple du rédacteur en chef adjoint des éditions Kommersant, Gleb Tcherkassov, onze membres de la rubrique Politique du journal ont immédiatement donné leur démission en signe de protestation. Un seul journaliste politique demeure à la rédaction, Andreï Kolesnikov. Légende vivante de la presse russe et membre du « pool présidentiel » depuis plus de quinze ans, ce dernier suit Vladimir Poutine dans la plupart de ses déplacements et pour les grands événements... Bref, le service politique de Kommersant est aujourd'hui décapité.

Dans une interview au site indépendant The Bell, le président du conseil d’administration des éditions Kommersant (et PDG de la holding USM,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter