Stalinomania

Selon un sondage du centre Levada publié mi-avril, 51 % des Russes éprouvent aujourd’hui « du respect, de l’admiration ou de la sympathie » pour Staline, et seuls 14 % rejettent l’ancien dictateur en bloc. Un record historique. L’annonce choque les libéraux et relance le débat sur la figure et l’héritage du dirigeant soviétique, entre cruel despote et gestionnaire de génie.

Ces chiffres ne doivent pas surprendre. Depuis plusieurs années, la « stalinophilie » ne cesse de progresser dans la société russe. Au moment où l’URSS s’effondre, il y a trente ans, le dirigeant soviétique a mauvaise presse. En 1989, seuls 12 % de la population le citent parmi les « personnalités ayant marqué positivement l’Histoire russe ». En 2012, il passe en tête de ce classement. Quatre ans plus tard, 37 % des Russes déclarent éprouver pour lui « du respect ou de l’admiration »…

Dans ce contexte, l’ancien sénateur Konstantin Dobrynine n’a pas tort de parler de « stalinisation de la société ». Mais comment interpréter le phénomène ? Les Russes aspireraient-ils au rétablissement de l’Union soviétique, avec son économie planifiée, son parti unique et ses répressions ? C’est ce qu’affirment de nombreux observateurs, principalement dans les milieux libéraux et dans l’opposition, toujours prompts à mettre en avant la « structure psychique particulière » du peuple russe et sa « servilité »… Toutefois, ces conclusions hâtives et partiales ne sont guère convaincantes.

Puissance des symboles

Tout d’abord, la popularité croissante de Joseph Staline s’observe également en Ukraine, malgré la « décommunisation » à marche forcée qui y a été entamée il y a quelques années. En février 2016, selon l’Institut international de sociologie de Kiev, 28 % des Ukrainiens (hors Crimée et Donbass, deux « bastions prosoviétiques ») considéraient Staline comme « un homme politique sage ».

Personne, en Russie, n’a l’intention de renoncer à ses placements (ou ses bas de laine) en dollars ou en euros,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Sergueï Markedonovpolitologue

Dernières nouvelles de la Russie

Le mauvais rêve géorgien
de Moscou

Depuis le 20 juin, de violentes manifestations antirusses agitent la Géorgie et ses 3,7 millions d’habitants. Moscou s’inquiète pour la sécurité de ses ressortissants et s’apprête à suspendre ses vols en direction de son voisin.

 

26 juin 2019

Conflit du Donbass :
Volodymyr Zelensky
en terrain miné

L’Ukraine a un nouveau président depuis le 21 avril : Volodymyr Zelensky. Novice en politique, l’acteur satirique va devoir justifier le crédit extraordinaire que lui ont accordé les électeurs ukrainiens.

 

Crédits Image : Valeriy Melnikov / RIA Novosti3 mai 2019

Élection présidentielle en Géorgie : l’ombre de Mikheil Saakachvili

Le 28 novembre se tiendra le second tour de l’élection présidentielle géorgienne, opposant Salomé Zourabichvili (candidate indépendante soutenue par le parti au pouvoir, le Rêve géorgien) et Grigol Vachadze (Mouvement national uni). Le résultat sera attentivement suivi par Moscou, même s’il ne devrait pas avoir de conséquences immédiates sur les relations russo-géorgiennes.

 

27 novembre 2018