Opération « popularité »

Le mercredi 20 février 2019, Vladimir Poutine s’est adressé, comme chaque année, pendant une heure et demie à l’Assemblée fédérale (le Parlement russe, composé de la Douma d’État et du Conseil de la Fédération). Un exercice d’autant plus difficile que la cote de popularité du président russe est en baisse.

Le discours annuel de Vladimir Poutine devant l’Assemblée fédérale est une des grands-messes télévisées du pouvoir, au même titre que la « Ligne directe » qui permet à des citoyens de tout le pays de poser des questions et de soumettre leurs doléances directement au président par téléphone. Programmée en début d’année, l’adresse présidentielle est l’occasion d’établir les priorités du Kremlin et du gouvernement, en matière de politique intérieure et extérieure, pour les mois à venir. Malgré les conventions liées à ce genre d'intervention et les nombreuses similitudes (aussi bien thématiques que rhétoriques) observées d’une année sur l’autre depuis dix-huit ans, Vladimir Poutine parvient généralement à réunir des millions de téléspectateurs devant leur poste, même à Moscou, où la population se montre traditionnellement plus critique à l’égard du pouvoir.

Les conseillers et les communicants de Vladimir Poutine s’étaient donné pour objectif de construire un discours apte à relancer une dynamique de sympathie favorable au chef de l’État.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Konstantin Kalatchevpolitologue

Dernières nouvelles de la Russie

L’adresse aux pauvres

Lors de son traditionnel discours annuel devant le Parlement, Vladimir Poutine a promis à ses compatriotes une série de mesures budgétaires destinées à aider les plus fragiles.

25 février 2019

Le poutinisme après Poutine

Le 11 février dernier, le quotidien Nezavissimaïa gazeta publiait un article signé Vladislav Sourkov, le conseiller du président Vladimir Poutine. Vingt-quatre heures plus tard, le texte, intitulé « L’État persistant de Poutine », avait été lu plus de cent mille fois sur le site du journal.

 

18 février 2019