Aller au restaurant russe comme un pro

J’ai souffert, à mes débuts en Russie, d’un problème typique d’expatrié dont on ne parle pas assez : réussir à commander au restaurant sans passer pour un extraterrestre. Le restaurant, dans le jargon des Français de Moscou, s’appelle aussi le pectopah : ресторан est son orthographe en alphabet cyrillique, et nombre de nouveaux arrivants retiennent, dans leurs pérégrinations touristiques, ce nom salutaire que l’on croirait écrit en français.Aller au restaurant en Russie nécessite de prendre une foule de petites habitudes dont il est assez peu question en France. Dès l’entrée, par exemple, il est souvent d’usage d’accrocher sa veste à un porte-manteau, et non de la suspendre au dossier de sa chaise. Ce geste, qui est plutôt une affaire de restaurant chic en France, est très répandu sur place, pour une raison toute simple : les manteaux,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Cinq choses que vous ignoriez sur la musique russe

Ma première soirée entre amis en Russie est un souvenir à la fois merveilleux et cuisant. Merveilleux, car les jeunes Russes présents ont enchanté la compagnie française dont je faisais partie en entonnant des airs traditionnels qu’ils connaissaient tous par cœur… et cuisant lorsqu’ils se sont tournés vers nous en demandant : « Chantez-nous quelque chose de traditionnellement français ! »

 

14 août 2019

Cinq choses que vous ignoriez sur Alexandre Ier

Le XIXe siècle russe est fait d’une alternance irrégulière de tsars prénommés Nicolas et d’Alexandre, et on s’y perd un peu lorsqu’on s’y lance. Celui qui nous intéresse aujourd’hui, Alexandre Ier, célèbre « vainqueur de Napoléon » de 1812, est le premier de la liste. Petit-fils de la Grande Catherine, il aurait dû régner à la place de son père Paul Ier, que la terrible grand-mère prévoyait de destituer.

 

7 août 2019

Cinq choses que vous ignoriez sur Gogol

L’écrivain Nicolas Gogol est moins bien passé à la postérité en France que ses compatriotes Tolstoï et Dostoïevski, c’est un fait – peut-être en partie à cause de son nom de famille, si disgracieux à nos oreilles, et qui désigne pourtant en russe une sorte de canard sauvage plutôt mignon. Voici quelques anecdotes sur cet auteur qui aurait mérité d’être aussi un personnage de roman.

 

31 juillet 2019