Lioudmila Alexeïeva, un adieu unanime

Doyenne du mouvement des droits de l’homme en URSS et en Russie, Lioudmila Alexeïeva est décédée le 8 décembre, à l’âge de 91 ans. Présidente immuable du Groupe Helsinki de Moscou, elle jouissait d’une autorité incontestable dans son pays. Des personnalités de tout l’échiquier politique russe – du président Vladimir Poutine à l’opposant Alexeï Navalny – étaient présentes lors de la cérémonie d’adieu, qui s’est tenue le 11 décembre à Moscou. L’urne contenant ses cendres sera transportée à Washington : l’enterrement aura lieu dans le cimetière de l’église Saint-John, où reposent la mère, le mari et le fils aîné de la militante. Lioudmila Alexeïeva naît en 1927 dans la ville portuaire d’Eupatoria, en Crimée. Peu de temps après, sa famille s’installe à Moscou. Son père meurt au combat en 1942. Lioudmila cherche à rejoindre le front en tant qu’infirmière volontaire mais son jeune âge l’en empêche. En 1950, elle termine des études d'archéologie – d’après elle, la formation la moins « politique », ce qui a guidé son choix – au département d'Histoire de l'Université d'État de Moscou (MGU). C’est à l’âge de trente-huit ans que Lioudmila Alexeïeva entame son combat pour les droits de l’homme. En 1952, elle adhère au Parti communiste de l’Union soviétique, dont elle est expulsée en 1968, après s’être élevée contre les procès les plus retentissants de l’époque – ceux des écrivains Iouli Daniel et Andreï Sinavski, du journaliste Alexandre Ginsbourg et du poète Iouri Galanskov.
En 1977, l’URSS la qualifie d’« agent antisoviétique » et l’oblige à quitter le pays avec sa famille.
Dans les années 1960 et 1970, l’appartement qu’elle occupe à Moscou sert de lieu de ralliement pour les dissidents soviétiques. Elle-même donne des interviews à des journaux occidentaux, conserve et diffuse des samizdats (écrits clandestins), dont L’Archipel du Goulag d’Alexandre Soljenitsyne.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anton Ramov

Dernières nouvelles de la Russie

Pavel Groudinine :
L’avenir nébuleux du communisme en Russie

Pavel Groudinine est au cœur d’un scandale politique. Alors que le président du parti communiste, Guennadi Ziouganov, souhaitait qu’il hérite du mandat du député Jaurès Alferov, récemment décédé, la Commission électorale a mis son veto.

 

1 avril 2019

Ukraine, tous ennemis de l’intérieur

Le premier tour de la présidentielle ukrainienne aura lieu ce dimanche 31 mars. Sur fond de conflit avec la Russie, l’étiquette d’ « agent du Kremlin » et les accusations d’intelligence avec l’ennemi fusent de toutes parts, servant à discréditer les adversaires.

29 mars 2019

Le pouvoir russe au féminin

Sénatrices, députées, ministres, opposantes… A l'occasion de la journée internationale des femmes, le Courrier de Russie dresse une série de portraits de responsables politiques russes plus ou moins influentes.

 

8 mars 2019