Détroit de Kertch : Du bon usage de la loi du plus fort

L’arraisonnement de trois navires ukrainiens par les gardes-côtes russes dans le détroit de Kertch, le 25 novembre dernier, a provoqué un incident diplomatique d’une ampleur imprévue pour Moscou. Cet « incident frontalier » mineur, selon les mots de Vladimir Poutine, a notamment eu pour conséquence l’annulation de la rencontre, prévue le 1er décembre, en Argentine, dans le cadre du sommet du G20, entre le président russe et son homologue américain. L’incident survenu dans le détroit de Kertch le 25 novembre dernier n’a fait aucune victime et s’est simplement terminé, pour Kiev, par la saisie de trois de ses navires, de faible tonnage. C’est peu, en comparaison du passage sous pavillon russe de l’ensemble de la flotte ukrainienne lors de l’annexion de la Crimée par la Russie, et des milliers de victimes de la guerre que se livrent depuis quatre ans Moscou et Kiev dans le Donbass. Vladimir Poutine lui-même, avant de partir pour Buenos Aires, a tenu à minimiser l’importance d’un « accrochage » qui a pourtant focalisé les discussions du président russe avec Emmanuel Macron et Angela Merkel en Argentine. En effet, pour les États-Unis comme pour l’Union européenne, l’incident du détroit de Kertch n’a rien de banal. Les différences de réactions de Moscou à Washington révèlent l’abîme qui sépare les conceptions russe et occidentale en matière de politique de défense.

Supériorité militaire

Moscou s’est attachée, pendant les quatre années qui ont suivi l’annexion de la Crimée, à s’assurer une supériorité lui garantissant la possession pérenne de ce nouveau territoire. Depuis 2014, la Russie intensifie méthodiquement sa présence militaire à proximité de la frontière ukrainienne. Des unités de la 20e Armée de la Région militaire occidentale sont ainsi déployées à l’est de l’Ukraine, en particulier les 3e et 144e divisions d’infanterie mécanisée et la 1re division blindée. La Russie a aussi positionné la 150e division d’infanterie mécanisée de la 8e armée de la Région militaire sud à la frontière sud-est de l’Ukraine.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Alexandre Golts

Dernières nouvelles de la Russie

Détroit de Kertch :
un droit international à la carte

Le Tribunal international du droit de la mer a demandé, le 25 mai dernier, la « libération immédiate » des vingt-quatre marins ukrainiens capturés en novembre dernier par la Russie dans le détroit de Kertch. Moscou n'a pas obtempéré : selon elle, cette juridiction n'est pas compétente dans cette affaire.

 

14 juin 2019

Belgorod-Poséidon :
le tandem de l’Apocalypse ?

À la fin d’avril, au cours d'une cérémonie officielle, les chantiers navals de Severodvinsk (dans le Grand Nord russe) ont lancé le croiseur sous-marin nucléaire Belgorod, destiné à porter les toutes nouvelles torpilles sous-marines à capacité nucléaire Poséidon.

 

13 mai 2019

Le Grand jeu du Grand Nord

Afin de s’assurer le contrôle de la route maritime du Nord, Moscou réactive massivement toute l’ancienne infrastructure militaire soviétique située au-delà du cercle polaire.

 

4 mars 2019