À vos marques, prêts, chapkas

L’hiver est, esthétiquement, une saison très intéressante à vivre en Russie ; on voit fleurir dans les rues les tenues chaudes qui ont fait l’étonnement et l’admiration des étrangers durant des siècles, et il est étonnant de voir que la plupart des Russes s’habillent avec des marques occidentales… mais à la russe.

La première amie que je m’étais faite en arrivant à Moscou me donna un jour rendez-vous début novembre – sous la neige, donc – et je vis alors cette ravissante jeune fille d’à peine vingt ans arriver dans ce qui ressemblait pour moi à un costume traditionnel de babouchka : jupe de grosse laine tombant aux chevilles, et la tête enroulée dans un foulard à fleurs. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Comment hacker l’hiver russe

Dans ma dernière chronique, j’ai évoqué cet accessoire russe indémodable qu’est le platok, autrement dit le foulard que les femmes se nouent avec grâce autour de la tête pour se préserver des frimas. Quoique ne maîtrisant pas moi-même cet art slave ‒ je ressemble plutôt à E.T. déguisé en chien lorsque je m’y essaie ‒ j’en ai compris l’intérêt : protéger du froid mais aussi (et surtout) protéger votre brushing de l’écrasement certain qu’il subirait sous une chapka. À force de côtoyer les Russes, j’ai appris un certain nombre de trucs et astuces pour survivre à l’hiver local, qui reste pour tout étranger un ennemi légendaire. Ce fut une vendeuse qui me mit la puce à l’oreille le jour où, prenant le problème de la température à bras-le-corps, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Crédits Image : RIAN14 novembre 2018
Opinions

Tchik-tchik-tchik

Comme tout étranger arrivant en Russie, j’ai vécu avec certains autochtones plus d’un moment gênant dû à ma connaissance imparfaite de leur culture. Un des premiers Russes avec lesquels j’ai parlé était un garçon du nom de Nikolaï. « Ah, Nikolaï… Kolia ! », me suis-je exclamée, désireuse de lui montrer l’étendue de mon savoir : je savais, en effet, que les Russes utilisaient beaucoup les diminutifs. Je me suis mise, dès lors, à lui lancer de retentissants « Bonjour, Kolia ! », à chaque fois que je le croisais. Quelle ne fut pas mon erreur ! J’ignorais à l’époque qu’il était très malvenu d’appeler un Russe par son diminutif sans y avoir été invité. Je comprends mieux aujourd’hui l’espèce de grimace agacée que suscitait chez lui ma salutation tonitruante de familiarité, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

31 octobre 2018
Opinions

Autant en emporte le bus

Je me demande si les chauffeurs de taxi et de bus ont conscience d’être, pour les étrangers, presque des emblèmes nationaux, étant souvent les premiers sujets d’observation du touriste curieux. La première fois que je tentai de prendre un bus en Russie, je tombai sur un chauffeur tout à fait énigmatique. Lorsque je lui demandai s’il desservait l’arrêt auquel j’essayais de me rendre, il me répondit dans un bougonnement plein de mystère : « J’en sais rien. Vous n’avez qu’à monter, vous verrez bien. » Paradoxalement, ce flegme va avec une impatience qui excède toute limite, surtout de vitesse. La conduite à Moscou est un sport particulier : les conducteurs téléphonent au volant, les chauffeurs de taxis règlent leur GPS et étudient la carte du trajet tout en s’insérant distraitement sur des voies rapides, font demi-tour au milieu d’une avenue, s’insultent, klaxonnent, multiplient les embardées et les queues de poisson. Une spécificité russe est ce minibus répondant au nom doux et imprononçable de marchroutka, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

24 octobre 2018