fbpx

Khashoggi-Skripal : deux affaires, deux politiques

L’affaire Skripal a démontré que la Russie était, aux yeux des Occidentaux, un coupable idéal qui ne mérite pas la moindre clémence de leur part. Le scandale de l’assassinat du journaliste d’opposition saoudien Jamal Khashoggi montre que l’Arabie saoudite bénéficie, au contraire, d’une mansuétude infinie de leur part.

Le 2 octobre 2018, le journaliste saoudien Jamal Khashoggi ‒ ancien rédacteur en chef de la chaîne de télévision Al-Arab News, exilé aux États-Unis depuis 2017 en raison de ses critiques virulentes à l’encontre du prince héritier Mohammed ben Salmane ‒ entre dans le bâtiment du consulat général d’Arabie saoudite à Istanbul pour y obtenir une attestation de divorce. Il n’en ressortira jamais.

Alors que Jamal Khashoggi était porté disparu depuis le 2 octobre, les éléments accablants contre l’Arabie saoudite s’étaient accumulés ces derniers jours.

« L’affaire Khashoggi » présente plusieurs points communs avec l’affaire Skripal, tentative d’empoisonnement de l’ancien espion Sergueï Skripal et de sa fille Youlia à Salisbury, le 4 mars dernier, que Londres et l’ensemble des pays occidentaux attribuent aux services secrets russes.

À Salisbury en mars, comme à Istanbul en octobre, en violation de toutes les règles du droit international, des agents venus d’un pays étranger se sont rendus sur le territoire d’un État souverain pour y assassiner d’« anciens » concitoyens. Le motif ? Ces personnes étaient considérées comme des traîtres ou des ennemis par ceux qui cherchaient à les éliminer. Dans les deux cas, les autorités du pays d’origine des tueurs nient catégoriquement toute forme de responsabilité malgré une convergence d’indices qui les désigne clairement.

La présomption de culpabilité des Russes « Petrov » et « Bochirov » repose sur l’enquête démontrant leur appartenance au GRU, le service russe de renseignement militaire, et sur les images des caméras de surveillance qui les montrent arrivant dans un aéroport londonien la veille du crime et marchant dans les rues de Salisbury le jour même de l’empoisonnement.

Les indices accusant les quinze agents saoudiens (dont plusieurs sont des proches du prince ben Salmane) sont plus accablants encore : arrivée en Turquie sur un vol régulier le jour du meurtre ; départ quelques heures après en jet privé, une fois la besogne achevée ; présence d’un médecin légiste dans l’équipe qui, selon la presse turque, aurait découpé Khashoggi vivant avec une scie à os, en écoutant de la musique… Les détails de « l’interrogatoire » subi par le journaliste avant son exécution, révélés peu à peu par les médias locaux, laissent d’ailleurs penser que les services de renseignement turcs disposent d’enregistrements sonores, voire vidéos de l’assassinat.

Et que dire du lieu du crime ? Un consulat ! L’élimination de Khashoggi est un fait sans précédent dans le monde depuis l’époque stalinienne où la police politique soviétique avait dédié toute une aile de son ambassade de Paris pour torturer et assassiner les anciens officiers blancs en exil.

« Au lendemain de Salisbury, Londres, sans attendre les résultats de la moindre enquête, indiquait que la Russie était très probablement impliquée dans l’empoisonnement des Skripal. »

Pourtant, la réaction des États-Unis et des Occidentaux aux crimes commis par les agents saoudiens est particulièrement mesurée : « Oui, Riyad est sans doute coupable, mais attendons les résultats de l’enquête. » Depuis la disparition de Khashoggi, l’Arabie saoudite n’a reçu que de discrets signaux diplomatiques : une visite du Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, un communiqué commun de Paris, Londres et Berlin exprimant leur « préoccupation », une décision de l’Allemagne de suspendre ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite, et de vagues déclarations de Washington envisageant de possibles sanctions envers le royaume. Mais le président Trump a aussi jugé bon de souligner l’importance des relations stratégiques de son pays avec Riyad, et le ministre américain des Finances, Steve Mnuchin, de faire remarquer qu’il était « trop tôt pour parler de sanctions » avant « de savoir exactement ce qui s’est passé ».

En mars, au lendemain de Salisbury, Londres, sans attendre les résultats de la moindre enquête, indiquait que la Russie était « très probablement » impliquée dans l’empoisonnement des Skripal et demandait une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU. Lui emboîtant le pas, les pays occidentaux clouaient aussitôt la Russie au pilori pour avoir utilisé une arme chimique sur le territoire d’un autre État, et procédaient, les semaines suivantes, à « la plus grande expulsion collective de diplomates et d’agents russes de l’Histoire ».

La maison de Skripal à Salisbury toujours sous examen par la police britannique. Mai 2018

Cette fois, non seulement Washington est prête à attendre de « savoir exactement ce qui s’est passé », mais les capitales européennes demandent poliment aux autorités saoudiennes de diligenter une enquête « crédible » et « transparente ».

« Il est difficile de voir autre chose que l’intérêt et la lâcheté dans la réaction collective des Occidentaux à l’affaire Khashoggi. »

Ce comportement s’explique aisément : l’Arabie saoudite est un partenaire stratégique des États-Unis et l’un des premiers importateurs d’armes américaines. Qui plus est, les médias occidentaux et israéliens voulaient voir dans le prince héritier Mohammed ben Salmane un grand réformateur. Certes, celui-ci s’arrogeait un pouvoir démesuré au détriment des autres branches de la famille royale, mais il le faisait au nom de la paix et du progrès. Dans son pays, « MBS » apparaissait comme le champion des droits des femmes (les Saoudiennes n’ont-elles pas obtenu récemment le droit de « demander la permission » de conduire ?) et, sur la scène internationale, il se tenait prêt à défier les ambitions hégémoniques iraniennes et à œuvrer pour une résolution du conflit palestinien qui convienne aux États-Unis et à Israël. Ces ambitions méritaient qu’on le soutienne à tout prix ‒ fût-ce au prix de la vie d’un journaliste d’opposition, qui, de surcroît, avait été l’ami de ben Laden et dont la rumeur prétendait qu’il soutenait les Palestiniens radicaux.

Il est difficile de voir autre chose que de l’intérêt et de la lâcheté dans la réaction collective des Occidentaux à l’affaire Khashoggi.

« Le prince ben Salmane a poussé hors du jeu politique son propre cousin, le milliardaire Al-Walid ben Talal, dont les affaires étaient étroitement liées à la Russie et à la Tchétchénie. »

Le choix de Poutine

Et Moscou dans tout ça ? La Russie n’a-t-elle pas, elle aussi, appelé à attendre les résultats officiels de l’enquête avant de lancer des accusations hâtives ?

Selon le Kremlin, les préparatifs de la prochaine visite de Vladimir Poutine en Arabie saoudite continuent comme si de rien n’était. Le président russe devrait également rencontrer le prince saoudien à la fin de novembre au sommet du G-20 de Buenos-Aires.

Moscou a aussi des raisons de tenir à son partenariat avec ben Salmane. Ce dernier est pourtant un partenaire difficile : dans le cadre de sa campagne de lutte contre la corruption, le prince a poussé hors du jeu politique son propre cousin, le milliardaire Al-Walid ben Talal (auquel appartenait la chaîne Al-Arab News et dont Khashoggi était le rédacteur en chef), dont les affaires étaient étroitement liées à la Russie et à la Tchétchénie, et que le Kremlin considérait comme son principal investisseur saoudien.

Par ailleurs, ben Salmane n’a jamais caché qu’il désapprouvait l’intervention militaire russe en Syrie ni qu’il s’irritait des bonnes relations de Vladimir Poutine avec l’émir du Qatar, que les Saoudiens accusent de mener une politique pro-iranienne. Mais le président de Russie est un pragmatique : pour l’instant, il n’existe pas d’autre interlocuteur à Riyad, et les Saoudiens, chefs de file du monde sunnite, lui sont indispensables pour atteindre ses objectifs en Syrie. Ajouter que le spectacle des pays occidentaux se retrouvant en porte-à-faux avec leur allié saoudien et s’empêtrant dans leurs contradictions morales et politiques, ne peut que le réjouir.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Boris Iounanov

Dernières nouvelles de la Russie

International

Ukraine : Le saut dans l’inconnu

Le second tour de la présidentielle ukrainienne se tiendra dimanche prochain, 21 avril. À Kiev, plus personne ne semble en douter : le président sortant, Petro Porochenko, sera battu par Volodymyr Zelensky, un comédien novice en politique.Selon l’un des derniers sondages publié par l’Institut international de sociologie de Kiev, avec 72,2 % d’intentions de vote, Volodymyr Zelensky est en passe de battre largement Petro Porochenko, crédité seulement de 25,4 %. Un écart gigantesque (47 points) qui confirme une tendance esquissée dès le premier tour de cette élection présidentielle, le 31 mars dernier.Quand le bateau coule…Il y a cinq ans de cela, quelques jours avant que le président prorusse, Viktor Ianoukovitch, ne fuie la capitale ukrainienne (le 22 février 2014), hauts fonctionnaires et oligarques se pressaient à l’aéroport international Boryspil de Kiev, cherchant à quitter le pays avant qu’il ne soit trop tard. Ils avaient compris que les dés étaient jetés pour celui dont les Ukrainiens allaient bientôt découvrir, à la télévision, les trésors cachés et les dorures de la luxueuse résidence de Mejgorié. Le vent du changement commençait à souffler sérieusement, mieux valait s’envoler avant qu’il ne tourne à l’orage. L’entourage du chef perçoit bien souvent la défaite avant le principal intéressé. Et l’histoire semble à nouveau se répéter.Valeri Kondratiouk et Petro Porochenko à Kiev en juillet 2015 Crédit nv.ua« Quand le bateau coule, les rats quittent le navire. C’est ce qu’on observe aujourd’hui. Dans l’équipe de Porochenko, personne ne croit plus à sa victoire. Certains tentent de tourner casaque. Même dans les services de sécurité, les défections sont légion », commentait récemment le député Sergueï Tarouta, éphémère gouverneur (mars-octobre 2014) de la région de Donetsk. […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

19 avril 2019
Politique

Affaire Baring Vostok :
« Vous avez lu le dossier ? »

Vendredi 15 février 2019, un des plus anciens investisseurs étrangers en Russie, l’Américain Michael Calvey, créateur du fond d’investissement Baring Vostok, était arrêté pour escroquerie avec plusieurs de ses associés, dont un ressortissant français Philippe Delpal. Un tribunal de Moscou vient de prolonger la détention provisoire de ce dernier, permettant au seul Michael Calvey – assigné à résidence – de retrouver sa famille. Les milieux d’affaires s’interrogent sur ce qui semble s’apparenter à une différence de traitement…Tribunal de Basmanny, samedi 9 avril : « Mon arrestation est d’une sévérité sans commune mesure avec les faits incriminés », s’indigne auprès de la juge Natalia Doudal, Philippe Delpal, accusé, avec son associé, Michael Calvey, et quatre autres prévenus, d’avoir escroqué la banque russe Vostotchny à hauteur de 33 millions d’euros. Il se plaint également, à maintes reprises, de ses conditions de détention : impossibilité de téléphoner à ses proches, de voir son épouse ou d’écrire en français à sa famille. « Je ne vois pas en quoi téléphoner à ma fille pourrait entraver le travail des enquêteurs », s’emporte le banquier français, tout en rappelant que les visites de son avocat sont limitées. M. Delpal demande au magistrat que sa détention provisoire soit requalifiée en assignation à résidence, assurant la justice russe de sa totale coopération. « Je n’ai aucune intention de quitter Moscou et la Russie, où j’ai fait ma vie. Pour preuve de bonne foi, je suis prêt à remettre mon passeport [où figure son visa russe, nécessaire pour quitter le pays, ndlr] aux enquêteurs », ajoute-t-il. Sa requête est rejetée fermement par la juge, qui prolonge la détention provisoire jusqu’au 14 juillet.Delpal, Calvey, deux attitudes…De toute évidence, personne n’a pris la peine d’informer M. Delpal des règles en vigueur en Russie. En détention provisoire, les appels téléphoniques sont soumis à l’autorisation écrite de l’inspecteur chargé de l’enquête. Quant aux lettres et e-mails, ils sont passés au crible de la « censure ». Et lorsque la personne qui en est responsable se trouve en congé (comme cela semble avoir été le cas récemment), tout contact avec l’extérieur est impossible…Le français Philippe Delpal lors de son arrestation le 15 février 2019. Crédit : VedomostiMais au-delà de ses conditions de détention, le banquier français se scandalise surtout de son interpellation : « J’ai été profondément choqué par ce procédé. […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

11 avril 2019
International

Démission de Noursoultan Nazarbaïev : Comment partir pour mieux rester ?

Depuis une semaine, le Kazakhstan n’est plus dirigé par Noursoultan Nazarbaïev. Celui qui présidait aux destinées de ce pays d’Asie centrale quatre fois plus grand que la France depuis l’effondrement de l’Union soviétique, a quitté ses fonctions le mardi 19 mars. Aujourd’hui et jusqu’à l’élection présidentielle de 2020, le pouvoir se trouve entre les mains de l’ancien président du Sénat, Kassym-Jomart Tokaïev.Le 19 mars 2019 à 19 h 00 (heure locale), Noursoultan Nazarbaïev, soixante-dix-huit ans, dernier poids lourd de l’élite politique soviétique encore à la tête d’un État, apparaît sur tous les écrans de télévision du pays et annonce à la nation qu’il quitte ses fonctions de président. Aussitôt, l’inquiétude s’empare des dix-neuf millions de Kazakhs : Comment est-ce possible ? Part-il de son plein gré ? Qui l’y oblige ? Que va devenir le pays, dirigé personnellement et d’une main de fer depuis vingt-neuf ans par M. Nazarbaïev ?« Au moment de l’allocution présidentielle, j’étais en visite chez un patient. En entendant la nouvelle, nous avons cessé de parler, interloqués, désemparés. Démoralisés. C’était tellement inattendu. En rentrant chez moi, je voyais tous ces gens le nez dans leur téléphone, à lire et à relire la nouvelle, sans y croire. L’inquiétude était palpable », témoigne Irina, cinquante-cinq ans, médecin, interrogée par le correspondant du quotidien RBC à Astana. Elle poursuit : « Pourvu que la situation n’empire pas. Pourvu qu’il n’y ait pas la guerre… »Le Conseil de sécurité – toujours dirigé par M. Nazarbaïev – est aujourd’hui un nouveau pôle d’influence politique susceptible de concurrencer le pouvoir exécutif.Le nom du successeur de Noursoultan Nazarbaïev ne risquait pas de rassurer les plus inquiets. Dans les cercles de pouvoir kazakh, le président du Sénat Kassym-Jomart Tokaïev, soixante-cinq ans, est présenté comme une personnalité bien moins influente, par exemple, que le patron du Renseignement et ancien Premier ministre Karim Massimov.Une surprise… attendueLa surprise provoquée par la nouvelle du départ du chef de l’État kazakh ne saurait occulter l’extrême minutie avec laquelle elle a été préparée ces derniers mois.Cérémonie de passation de pouvoir entre Noursoultan Nazarbaïev (à gauche) et Kassym-Jomart Tokaïev (à droite) le 20 mars au Sénat kazakh. Crédit : Liter.kzM. Nazarbaïev a d’abord publiquement soumis au Conseil constitutionnel la question suivante : la démission du président de la République est-elle conforme à la Constitution ? Réponse positive de la haute autorité juridique. Le parlement a ensuite élargi les pouvoirs du Conseil de sécurité du Kazakhstan (SBK), que l’ancien chef de l’État va continuer de diriger – à vie, grâce à un amendement voté au même moment. Dans les faits, le SBK constitue aujourd’hui un nouveau pôle d’influence politique susceptible de concurrencer directement l’administration présidentielle et le gouvernement.Enfin, depuis deux mois, les prises de parole de M. Tokaïev sont devenues de plus en plus fréquentes, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 mars 2019

Vous êtes actuellement hors ligne