Une datcha dans l’Altaï

Altaï. Ivre, il vole un panneau de signalisation pour s’en servir de pelle.

Alors que la température fraîchit déjà dans la capitale russe, je me rappelle avec nostalgie une rencontre pleine d’enseignement, faite il y a quatre ans dans les derniers beaux jours moscovites d’automne, et qui m’a, depuis, laissée songeuse.Alors que je cours, un après-midi de septembre, d’un supermarché à un bureau administratif (on déambule rarement pour le plaisir dans les grosses artères de la capitale), j’aperçois un étal de plusieurs mètres où un monsieur vend des livres. Or, je cherche justement un petit manuel de vieux-russe, et m’arrête pour jeter un coup d’œil : un recueil de citations de Staline, un livre pour apprendre le russe, des poèmes du XVIIIe… Je m’apprête à passer mon chemin, lorsque le vendeur me harponne :« Bonjour,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

« Virgule, il meurt »

Ceux qui me lisent depuis longtemps connaissent mon goût pour les informations insolites. Les journaux russes en sont une source particulièrement nourrie, et on trouve souvent dans leur trame quelque chose de dostoïevskien : des gens excessivement sensibles réagissent d'une manière inexplicablement brutale à un événement insignifiant, et leur réaction a des conséquences dramatiques. Il n'est ainsi pas rare que le fait divers, qui commence par nous faire sourire, finisse par « virgule, il meurt. »

 

18 septembre 2019

Sainte Lada

Depuis quelques jours, un habitant de Krasnodar défraie la chronique par ses talents de bricoleur : il vient en effet de personnaliser (dans le jargon, on dit « tuner ») sa Lada, en lui greffant des roues de carrosse à la place des pneus.

 

11 septembre 2019

Anatomie du russe quotidien

Si vous avez étudié le russe, vous conviendrez que rien n’y est moins évident que l’expression « simple comme bonjour ». En effet, le seul mot destiné à se saluer, si simple dans tant de langues à force d’avoir été usé et poli par les siècles, reste en russe le cauchemar de l’apprenant, et ce dès son premier cours : « Zdravstvouïtié ! », doit-il lancer à grands renforts de R roulés et d’accent tonique.

 

4 septembre 2019