S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Odessa-mama, Rostov-papa

Odessa-mama, Rostov-papa

Crédits Image : Georgy Sochalsky - МАММ
Indéniablement, il y a, comme l’écrit Ivan Davydov, une « poésie véritable »1 dans les chansons et, plus généralement, dans le langage des truands. Une poésie un peu surannée, du moins si l’on en considère les formes les plus anciennes, bien antérieures à l’Union soviétique et au Goulag : les trouvailles linguistiques ‒ servant aussi de code pour n’être pas compris des « caves » ‒ des habitants de ces hauts lieux de la mafia qu’étaient, notamment, les villes d’Odessa (« Odessa-mama » pour les truands) et de Rostov-sur-le-Don (« Rostov-papa »). Il y a des noms de spécialités, très imagés, qui permettent de reconstituer tout « l’artisanat » des voleurs. De nombreuses chansons sont à la fois dures et violentes (après tout, elles mettent en scène « Messieurs les hommes ») et « fleur bleue », à la limite, parfois, de la sensiblerie (ah,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Anne Coldefy-Faucard

Précis de toska à l’usage du déconfiné

Déprime, blues, « coup de mou », dépression – les psys sont au taquet en ces temps de confinement/déconfinement. Il apparaît, en effet, que les humains ont quelque peine à supporter les angoisses liées à l’enfermement, au danger d’être contaminé, au risque de chômage, à la crise économique massive qui s’annonce, pour ne citer que quelques causes.

15 mai 2020

Balance ton Russe

La presse russe abonde en faits divers rapportant les accusations dont sont l’objet des personnes atteintes du coronavirus ou soupçonnées de l’être. Ces accusations-dénonciations, lancées depuis le palier des immeubles – ça commence par les voisins – ou sur les réseaux sociaux, dégénèrent rapidement en véritables traques.

24 avril 2020

Un cercueil si confortable

Quinze mille par-ci, treize mille par-là, deux cents (seulement ?) ailleurs… En ces temps de pandémie, les chiffres pleuvent. Et cinq cents de plus, ces dernières vingt-quatre heures ! Les morts, que l’on voit d’autant moins, aujourd’hui, qu’il n’y a quasiment plus de funérailles, restent des abstractions, sauf pour les personnels hospitaliers.

 

16 avril 2020