Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Odessa-mama, Rostov-papa

Odessa-mama, Rostov-papa

Georgy Sochalsky - МАММ
Indéniablement, il y a, comme l’écrit Ivan Davydov, une « poésie véritable »1 dans les chansons et, plus généralement, dans le langage des truands. Une poésie un peu surannée, du moins si l’on en considère les formes les plus anciennes, bien antérieures à l’Union soviétique et au Goulag : les trouvailles linguistiques ‒ servant aussi de code pour n’être pas compris des « caves » ‒ des habitants de ces hauts lieux de la mafia qu’étaient, notamment, les villes d’Odessa (« Odessa-mama » pour les truands) et de Rostov-sur-le-Don (« Rostov-papa »). Il y a des noms de spécialités, très imagés, qui permettent de reconstituer tout « l’artisanat » des voleurs. De nombreuses chansons sont à la fois dures et violentes (après tout, elles mettent en scène « Messieurs les hommes ») et « fleur bleue », à la limite, parfois, de la sensiblerie (ah,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter

Rouge : le soleil disputé

C’est tout de même vexant : jamais nous ne saurons si, au cœur de Moscou, nous foulons les pavés de la Belle Place ou de la place Rouge. En effet, dans la tradition slave, russe notamment, l’adjectif krasny exprimait indissociablement le rouge et le beau.

 

14 août 2020