fbpx

Bataille de vers

C’est peu de dire que les Russes prennent la poésie au sérieux : un ami prénommé Egor m’avait conviée à une bitva stikhov, une « bataille de vers », sorte de joute oratoire entre deux concurrents qui récitent des poèmes. La bitva se tenait dans un amphithéâtre de la grande université Lomonossov de Moscou, où des portraits de poètes avaient été accrochés un peu partout pour l’occasion.

Egor arrive en sautillant dans un pantalon trop court retenu par des bretelles, ses cheveux blonds dressés sur la tête comme un personnage de dessin animé. Viktor, son adversaire, le suit. Je l’avais déjà entendu, lors d’un récital, dire pendant trois quarts d’heure un poème sur Lénine d’une voix de stentor. Grand, fort, imposant, il vous ferait presque trembler. Il se place tout naturellement derrière la haute chaire de bois, laissant Egor debout, seul, sur l’estrade, face à l’auditoire, tel un condamné que l’on s’apprête à pendre, et invite tout le monde à s’asseoir. Je prends place au troisième rang.

« Merci à tous d’être venus à notre bataille de vers ! » commence-t-il.

De l’autre côté de l’estrade, Egor l’écoute en silence, triturant nerveusement ses boutons de manchette. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Collectionneurs étranges de Russie

J’ai parlé récemment, dans un article sur les jeux étonnants ou morbides des enfants russes, de ce petit garçon qui collectionnait les annonces nécrologiques pour en faire des tickets de rationnement et jouer à l’épicerie ; il s’en est fallu de peu que je n’embraye, alors, sur d’autres collectionneurs loufoques parmi ses compatriotes, car il y en a… Je vais donc pouvoir le faire cette semaine.Il existe dans l’histoire russe quelques collectionneurs célèbres : Tretiakov, bien sûr, qui a donné son nom à la célèbre galerie de Moscou, mais aussi, dans un autre genre, l’empereur Pierre Ier, dit Pierre le Grand. Sa « Kunstkamera », ou cabinet de curiosités, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

17 avril 2019
Société

Frères et sœurs

Nous célébrons aujourd’hui la Journée mondiale des frères et sœurs, et c’est l’occasion idéale pour se remémorer cette incroyable brève lue un jour dans la presse russe :Région d’Ivanovo. Il se dispute avec sa sœur pour un oreiller, elle l’attaque à la hache.Notons que les deux protagonistes étaient adultes au moment du conflit (que l’on peut littéralement qualifier de bataille de polochon), et l’article précise : « bien que blessé, il n’en a pas trop voulu à sa sœur ». Frères et sœurs à la vie et à la mort… comme dans cette famille de Vologda :Vologda. Il essaie de réconcilier sa sœur et son ex-mari, mais finit par poignarder celui-ci.J’aurais aimé conter plus d’histoires explosives entre frères et sœurs russes, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

10 avril 2019
Société

Histoire ancienne
du cinéma russe

En septembre dernier, j’évoquais dans une chronique la drôle de proposition du député Boris Tchernychev, qui suggérait de punir les actes de délinquance en obligeant leurs auteurs à… regarder du cinéma russe – plus précisément, de mauvais films comiques.Les films comiques furent parmi les premiers à paraître sur les écrans dans les débuts du cinéma en Russie ; ceux-ci furent très précoces, les frères Lumière ayant décidé d’envoyer des représentants partout dans le monde, afin d’être les premiers à montrer leur invention et d’éviter ainsi qu’elle leur soit volée. Des projections furent donc organisées à Saint-Pétersbourg à partir de mai 1896, soit à peine six mois après la toute première projection à Paris. […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 avril 2019

Vous êtes actuellement hors ligne