Bataille de vers

C’est peu de dire que les Russes prennent la poésie au sérieux : un ami prénommé Egor m’avait conviée à une bitva stikhov, une « bataille de vers », sorte de joute oratoire entre deux concurrents qui récitent des poèmes. La bitva se tenait dans un amphithéâtre de la grande université Lomonossov de Moscou, où des portraits de poètes avaient été accrochés un peu partout pour l’occasion.

Egor arrive en sautillant dans un pantalon trop court retenu par des bretelles, ses cheveux blonds dressés sur la tête comme un personnage de dessin animé. Viktor, son adversaire, le suit. Je l’avais déjà entendu, lors d’un récital, dire pendant trois quarts d’heure un poème sur Lénine d’une voix de stentor. Grand, fort, imposant, il vous ferait presque trembler. Il se place tout naturellement derrière la haute chaire de bois, laissant Egor debout, seul, sur l’estrade, face à l’auditoire, tel un condamné que l’on s’apprête à pendre, et invite tout le monde à s’asseoir. Je prends place au troisième rang.

« Merci à tous d’être venus à notre bataille de vers ! » commence-t-il.

De l’autre côté de l’estrade, Egor l’écoute en silence, triturant nerveusement ses boutons de manchette. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

La piscine du Christ-Soviet

Aujourd’hui marque le 87e anniversaire d’un drôle d’événement. Tous ceux qui ont visité Moscou connaissent la cathédrale du Christ-Sauveur, gros édifice blanc aux coupoles dorées qui se tient sur une petite hauteur au bord de la Moskova ; les Pussy Riot, notamment, ont contribué il y a quelques années à son regain de célébrité dans le monde. J’aime beaucoup ce bâtiment qui semble aux yeux du touriste mal informé un ancestral reliquat de la Russie éternelle : il cache bien son jeu, et son histoire est une étonnante épopée dans laquelle se croisent nombre d’acteurs aussi divers que Staline et Tchaïkovski ; une aventure regorgeant de détails en apparence « typiquement russes » pour l’étranger curieux : punitions exemplaires, cérémonies grandioses, graves retournements de situation, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Crédits Image : flickr - Sammy Six6 décembre 2018
Opinions

Robert des noms propres

J’ai évoqué, dans ma chronique sur les diminutifs russes, la lecture épineuse des romans russes par un étranger, pour lequel les noms des (très nombreux) personnages se confondent souvent. Cette difficulté ne se limite pas à la littérature, mais s’étend à la vie réelle : force est de constater que les sonorités inhabituelles à notre oreille des noms russes ne nous aident pas à mémoriser facilement le nom des grands personnages de l’histoire. J’ai notamment discuté, l’autre jour, avec une personne persuadée que Tchékhov était le petit nom de Tchaïkovski. Si elle avait su que Tchékhov signifie « le Tchèque », alors que Tchaïkovski signifie « la Mouette » (du mot tchaïka – qui est d’ailleurs le nom d’une pièce de Tchékhov, j’espère que vous me suivez), elle n’aurait sûrement pas cru une telle chose. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

28 novembre 2018
Opinions

Démasqués

Nous fêtons avec cet article le premier anniversaire de la chronique Café Kreml : un an d’anecdotes et d’observations sur la Russie d’hier et d’aujourd’hui, sa langue, ses habitudes, et pourtant… Pourtant, même si vous les avez toutes lues (et je vous en remercie), ce n’est pas suffisant pour se fondre dans la masse une fois sur place. Eh oui : le Français le plus éclairé sur les usages russes reste mystérieusement repérable à mille lieues à la ronde par les locaux. Les Russes sont dotés d’un étonnant sixième sens, qui veut que, même si vous ne dites rien, on le voit : vous êtes français ou, en tout cas, vous n’êtes pas russe. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 novembre 2018
Revolution Slider Error: Slider with alias abos-2018-9 not found.
Maybe you mean: 'une' or 'stream' or 'grand-format' or 'test' or 'standard-wp-gallery13' or 'media-carousel-autoplay15'

Vous êtes actuellement hors ligne