Bataille de vers

C’est peu de dire que les Russes prennent la poésie au sérieux : un ami prénommé Egor m’avait conviée à une bitva stikhov, une « bataille de vers », sorte de joute oratoire entre deux concurrents qui récitent des poèmes. La bitva se tenait dans un amphithéâtre de la grande université Lomonossov de Moscou, où des portraits de poètes avaient été accrochés un peu partout pour l’occasion.

Egor arrive en sautillant dans un pantalon trop court retenu par des bretelles, ses cheveux blonds dressés sur la tête comme un personnage de dessin animé. Viktor, son adversaire, le suit. Je l’avais déjà entendu, lors d’un récital, dire pendant trois quarts d’heure un poème sur Lénine d’une voix de stentor. Grand, fort, imposant, il vous ferait presque trembler. Il se place tout naturellement derrière la haute chaire de bois, laissant Egor debout, seul, sur l’estrade, face à l’auditoire, tel un condamné que l’on s’apprête à pendre, et invite tout le monde à s’asseoir. Je prends place au troisième rang.

« Merci à tous d’être venus à notre bataille de vers ! » commence-t-il.

De l’autre côté de l’estrade, Egor l’écoute en silence, triturant nerveusement ses boutons de manchette. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Dansez, maintenant

Au hasard de pérégrinations sur internet, je suis tombée récemment sur une (énième) vidéo russe étrange. Plus précisément, on y montrait un extrait d’un ballet soviétique, intitulé La danse des spoutniks. On y voyait trois jeunes femmes déguisées en sondes spatiales effectuer des entrechats, tandis qu’un danseur en costume russe traditionnel tourbillonnait derrière elles en les tenant à l’aide d’un grand ruban à la manière d’un cocher sa troïka. Les Russes sont célèbres, bien sûr, pour leurs ballets – dans des formes plus classiques, certes, que la Danse des spoutniks. Au cours des premiers mois de mon séjour à Moscou, la découverte de cet art m’a semblé une priorité, et je me suis rendue à une représentation de La Belle au bois dormant de Tchaïkovski au Palais du Kremlin. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

17 octobre 2018
Opinions

Trump, Tourgueniev et les toilettes de la gare routière de Voronej

J’ai vu passer l’autre jour un étonnant montage vidéo, proposé par la branche « RT Documentaire » de la chaîne Russia Today : « Saviez-vous que Trump, May et Macron lisaient Tourgueniev ? », annonçait un titre racoleur sur des images où l’on voyait les trois protagonistes haranguer des foules. Stupéfaite à l’idée que ces trois personnages récitent du Tourgueniev en plein meeting, je m’empressai de cliquer. Si je fus déçue de constater que j’avais été trompée par le titre, car personne ne récitait à proprement parler de Tourgueniev, j’eus en revanche la surprise de découvrir que quelqu’un chez RT avait passé des heures à compiler des discours politiques pour aboutir, en prenant un mot ici, un mot là, à la récitation artificielle (en anglais) d’un petit texte de Tourgueniev en l’honneur de la langue russe : Aux jours de doute, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

10 octobre 2018
Opinions

Au nom de la loi !

J’ai lu l’autre jour dans la presse l’annonce d’un projet de loi russe étonnant. Le débuté Boris Tchernychov, qui en était à l’origine, proposait de punir certains délits en obligeant leur auteur à regarder de mauvais films russes, « particulièrement des films comiques ». Il soulignait, à raison d’ailleurs, qu’il est certains films dont le visionnage est une vraie pénitence. Tchernychov n’est pas le premier à chercher des solutions innovantes à la délinquance, même si, en matière de pénal, chacun sait qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Aussi a-t-on vu se multiplier, sous certains tsars, des interdictions étonnantes destinées à garantir le respect de l’autorité impériale. Paul Ier, le fils mal-aimé de Catherine II, régna seulement cinq ans, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 octobre 2018