Bataille de vers

C’est peu de dire que les Russes prennent la poésie au sérieux : un ami prénommé Egor m’avait conviée à une bitva stikhov, une « bataille de vers », sorte de joute oratoire entre deux concurrents qui récitent des poèmes. La bitva se tenait dans un amphithéâtre de la grande université Lomonossov de Moscou, où des portraits de poètes avaient été accrochés un peu partout pour l’occasion.Egor arrive en sautillant dans un pantalon trop court retenu par des bretelles, ses cheveux blonds dressés sur la tête comme un personnage de dessin animé. Viktor, son adversaire, le suit. Je l’avais déjà entendu, lors d’un récital, dire pendant trois quarts d’heure un poème sur Lénine d’une voix de stentor. Grand, fort, imposant, il vous ferait presque trembler. Il se place tout naturellement derrière la haute chaire de bois, laissant Egor debout, seul, sur l’estrade, face à l’auditoire, tel un condamné que l’on s’apprête à pendre, et invite tout le monde à s’asseoir. Je prends place au troisième rang.« Merci à tous d’être venus à notre bataille de vers ! » commence-t-il.De l’autre côté de l’estrade, Egor l’écoute en silence, triturant nerveusement ses boutons de manchette.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Cinq choses que vous ignoriez sur Pierre le Grand

Nombreux sont ceux qui estiment que la Russie moderne est née avec Pierre le Grand, au début du XVIIIe siècle – je me garderai bien d’entrer dans ce débat, qui fait rage à peu près depuis sa mort en 1725. Les apports du tsar sont indéniables et monumentaux, Saint-Pétersbourg en est une preuve vivante, et le tsar a acquis un statut presque mythique dans les consciences et la littérature.

 

21 août 2019

Cinq choses que vous ignoriez sur la musique russe

Ma première soirée entre amis en Russie est un souvenir à la fois merveilleux et cuisant. Merveilleux, car les jeunes Russes présents ont enchanté la compagnie française dont je faisais partie en entonnant des airs traditionnels qu’ils connaissaient tous par cœur… et cuisant lorsqu’ils se sont tournés vers nous en demandant : « Chantez-nous quelque chose de traditionnellement français ! »

 

14 août 2019

Cinq choses que vous ignoriez sur Alexandre Ier

Le XIXe siècle russe est fait d’une alternance irrégulière de tsars prénommés Nicolas et d’Alexandre, et on s’y perd un peu lorsqu’on s’y lance. Celui qui nous intéresse aujourd’hui, Alexandre Ier, célèbre « vainqueur de Napoléon » de 1812, est le premier de la liste. Petit-fils de la Grande Catherine, il aurait dû régner à la place de son père Paul Ier, que la terrible grand-mère prévoyait de destituer.

 

7 août 2019