Être un tank en Russie

Magnitogorsk, Russie. Un ingénieur de l’Oural dépense 100 000 roubles pour installer sa voiture sur des chenilles de tank.

Cette information a beau dater d’il y a deux ans, elle fait toujours son effet, tant elle est emblématique d’une certaine représentation que l’on peut se faire de la Russie : cette alliance du gros char d’assaut, très lié à la Seconde Guerre mondiale dans l’imaginaire russe, et de la Lada, voiture russe increvable dont le design n’a pas changé depuis 1980, ce contraste entre les chenilles puissantes du tank et la carrosserie vieillotte de l’auto installée dessus, que son propriétaire n’a d’ailleurs même pas pris la peine de ranger ni de nettoyer, reflète une étonnante familiarité des Russes avec les véhicules de combat, que j’ai eu l’occasion d’observer plus d’une fois.

 

 

Un de mes amis russes, lors d’une promenade tranquille, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco