S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Au pays des chats

Au pays des chats

J’ai reçu l’autre jour une rédaction étonnante d’un de mes élèves d’origine russe. Il s’agissait d’un dialogue entre plusieurs animaux, qui commençait plutôt normalement, jusqu’à ce que, tout à coup, l’un d’entre eux, un gros chat manoul d’Asie centrale, tue tous les autres. La conclusion suivait, laconique : « Le chat était en fait Satan. » Fin. Les Russes, comme nous, se méfient des chats autant qu’ils les aiment. Un jour que je caressais un beau chat à poil long dans une auberge de jeunesse du côté de Vladivostok, la tenancière du lieu avait bondi et tenu ces propos au félin : « Pourtache ! Qu’est-ce que tu fais à t’amuser avec une étrangère ? Tu es un camarade russe. Retourne chez toi ! » Et le pauvre matou traître à son peuple fut viré sur ces entrefaites – quant à moi, je n’ai plus jamais caressé un chat sans y être autorisée au préalable.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Marguerite Sacco

« Oups ! »

Chacun sait que l’enfer est pavé de bonnes intentions, et que des meilleurs mouvements du cœur peuvent découler des conséquences largement pires que ce que l’on croyait justement éviter. J’en veux pour illustration une petite brève de presse arrivée cette semaine de Bouriatie, dont le sujet, selon toute vraisemblance, n’a eu sa place dans les journaux que parce qu’un journaliste de passage s’est amusé de la tragique ironie de l’événement.

 

23 septembre 2020

Action, réaction

J’ai croisé récemment, dans un supermarché de Bourgogne, une petite famille en plein drame. Les parents sommaient leur dernier rejeton de mettre un masque, avec un argument choc : « Tu veux tuer Papa et Maman, c’est ça ? » Je me suis alors interrogée sur la portée traumatisante de cette question rhétorique dans l’esprit d’un petit de quatre ans, et n’ai pu m’empêcher de faire le parallèle avec les enfants russes qui me semblaient moins mis sous pression par le spectre Covid.

 

16 septembre 2020

Chroniques scolaires insolites

L’accessoire phare de la rentrée va incontestablement être le masque. Y compris, sans doute, dans les écoles, où des trafics sont d’ailleurs à prévoir entre ceux qui auront plus de style que d’autres (en dépit de tout bon sens hygiénique). Si la Russie n’a pas rendu son port officiellement obligatoire dans les établissements, nombre de régions l’ont cependant fortement recommandé.

 

9 septembre 2020