Petite histoire de l’alphabet russe, la suite

L’alphabet russe, pour ceux qui ont lu la chronique de la semaine passée, a donc été créé au IXe siècle pour évangéliser les peuples slaves, à la demande du prince Rostislav de Grande-Moravie.

Cet alphabet comportait bien plus de lettres que l’actuel alphabet russe. Un certain nombre d’entre elles, surtout les voyelles, existaient en plusieurs exemplaires : suivi, par exemple, d’une voyelle ou d’une consonne, un « i » ne s’écrivait pas de la même manière. Cette multiplicité de graphies possibles avait une logique interne : par exemple, on mettait un « o » différent dans les mots selon qu’ils venaient du grec ou étaient slaves, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Survivre dans un train russe

Pour une réelle plongée dans l’univers d’un pays, rien de tel que d’aller là où vont ses habitants de tous les jours : nombre de globe-trotters qui souhaitent tâter de la culture d’une terre étrangère privilégient ainsi le marché forain plutôt que le musée, et l’itinérance d’une ville à l’autre plutôt que la tournée des lieux célèbres d’une capitale. Ma réelle plongée dans l’univers russe s’effectua de cette manière, par une épopée de Moscou à Vladivostok dans le fameux Transsibérien. Voici quelques techniques de survie si vous souhaitez faire de même. Astuce n° 1 : apporter à manger J’avais, pour des raisons financières mais surtout par curiosité, jeté mon dévolu sur la fameuse troisième classe, appelée platzkart. Cette classe, la moins chère, offre le spectacle étonnant d’une foule qui, de taciturne et fermée, peut se révéler brusquement généreuse et bavarde : il suffit que votre voisin sorte des provisions et vous voici forcé de vous empiffrer avec lui, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

12 décembre 2018
Opinions

La piscine du Christ-Soviet

Aujourd’hui marque le 87e anniversaire d’un drôle d’événement. Tous ceux qui ont visité Moscou connaissent la cathédrale du Christ-Sauveur, gros édifice blanc aux coupoles dorées qui se tient sur une petite hauteur au bord de la Moskova ; les Pussy Riot, notamment, ont contribué il y a quelques années à son regain de célébrité dans le monde. J’aime beaucoup ce bâtiment qui semble aux yeux du touriste mal informé un ancestral reliquat de la Russie éternelle : il cache bien son jeu, et son histoire est une étonnante épopée dans laquelle se croisent nombre d’acteurs aussi divers que Staline et Tchaïkovski ; une aventure regorgeant de détails en apparence « typiquement russes » pour l’étranger curieux : punitions exemplaires, cérémonies grandioses, graves retournements de situation, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Crédits Image : flickr - Sammy Six6 décembre 2018
Opinions

Robert des noms propres

J’ai évoqué, dans ma chronique sur les diminutifs russes, la lecture épineuse des romans russes par un étranger, pour lequel les noms des (très nombreux) personnages se confondent souvent. Cette difficulté ne se limite pas à la littérature, mais s’étend à la vie réelle : force est de constater que les sonorités inhabituelles à notre oreille des noms russes ne nous aident pas à mémoriser facilement le nom des grands personnages de l’histoire. J’ai notamment discuté, l’autre jour, avec une personne persuadée que Tchékhov était le petit nom de Tchaïkovski. Si elle avait su que Tchékhov signifie « le Tchèque », alors que Tchaïkovski signifie « la Mouette » (du mot tchaïka – qui est d’ailleurs le nom d’une pièce de Tchékhov, j’espère que vous me suivez), elle n’aurait sûrement pas cru une telle chose. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

28 novembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne