Ce n’est pas toi qui apprends le russe, c’est le russe qui t’apprend

Vyborg. Amoureux d’une étudiante, un professeur de soixante ans organise son rapt pour 110 000 dollars afin de pouvoir venir la sauver héroïquement.

Bien qu’aucun enseignant n’ait mis en place une mascarade d’enlèvement pour moi, j’ai eu néanmoins mon lot de professeurs de russe étonnants – à commencer par le premier d’entre eux, qui me faisait réciter au début de chaque cours un petit poème s’achevant sur cette maxime :

« On ne peut comprendre la Russie par la raison. » (Fiodor Tioutchev, 1866)

Alexandre Sergueïevitch, dont j’ai parlé dans une précédente chronique, a pour collègue une vieille dame toute empaquetée de châles russes, qui donne rendez-vous à mon groupe dans un jardin botanique pour le premier cours. Elle nous y attend assise sur un banc, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco