Comment la Lettonie rompt progressivement tout lien avec la Russie

Moscou vient de porter plainte contre Riga auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dénonçant de récents amendements à la loi lettone sur l’éducation qui interdisent, en pratique, l’enseignement en russe dans le secondaire. En février, la Lettonie a été le théâtre d’un scandale de corruption qui a coûté sa tête au gouverneur de la Banque centrale, auquel la presse reproche, entre autres choses, d’être excessivement proche des milieux d’affaires russes. Depuis quelques années, plusieurs hauts fonctionnaires lettons, responsables des secteurs du transport et du fret, en relation avec la Russie, ont perdu leurs postes dans des circonstances similaires.

L’Europe n’a toujours pas réagi à la récente arrestation, en février dernier, du gouverneur de la Banque centrale de Lettonie et membre du conseil des gouverneurs de la BCE, Ilmars Rimsevics, soupçonné d’extorsion de fonds et de corruption.

Depuis 2014, la Lettonie a procédé à plusieurs « nettoyages » dans les différents domaines de son économie étroitement liés à la Russie. Douze banques lettones travaillent avec des non-résidents, en particulier les citoyens russes, ukrainiens, ouzbékistanais, azerbaïdjanais et kazakhstanais les plus fortunés. Des clients qui pensaient que leur argent serait en sécurité en Lettonie, membre de l’Union européenne (UE). Cependant, cette part importante de dépôts et d’investissements étrangers constitue depuis longtemps un sujet sensible dans les relations de Riga avec Bruxelles et Washington. Sous la pression de ses partenaires occidentaux, la Lettonie durcit peu à peu sa législation et ses exigences quant au contrôle des clients, à la surveillance des risques bancaires et à la réglementation anti-blanchiment. Résultat, selon la Commission lettone des marchés financiers et de capitaux (FCMC), qui supervise le marché bancaire national, le volume des dépôts de clients étrangers ne cesse de se réduire : il a chuté de 6,8 % (ou 609 millions d’euros en valeur) entre juillet 2016 et juillet 2017. Malgré les restrictions imposées par les autorités, les banques lettones restent régulièrement accusées d’infractions et de blanchiment d’argent et sont condamnées à diverses amendes et sanctions.

En Lettonie, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Snezhana Bartoule, Riga