Et Poutine, alors ?

La campagne électorale bat son plein en Russie. Il est vrai que la date de l’élection présidentielle (18 mars) se rapproche dangereusement. Les débats télévisés ont commencé, réunissant tous les candidats, moins un : Vladimir Poutine.Certains de ses rivaux s’en sont émus, notamment la seule femme en lice, Ksenia Sobtchak, qui, dès le premier débat, consacré à la politique étrangère, affirmait véhémentement qu’elle voulait débattre de ce sujet, non avec les candidats présents sur le plateau, mais bien avec l’actuel président qui, comme par hasard, n’était pas là.Avant les débats, les électeurs avaient pu découvrir les clips de campagne des concurrents. Quelques-uns méritent le détour : Grigori Iavlinski (Iabloko) apparaissait ainsi en personnage de dessin animé au début et à la fin de son clip, avec, entre les deux, une brève intervention du candidat en chair et en os. Vladimir Jirinovski (Parti libéral-démocrate de RussieLDPR) optait, lui, pour une mise en scène genre thriller trash : agressions particulièrement sordides,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anne Coldefy-Faucard

Dernières nouvelles de la Russie

À quel Staline se vouer?

Dieu sait pourquoi (mais Dieu n’a sans doute rien à y voir), il semble que, depuis quelque temps, le nom de Staline revienne de plus en plus souvent, à l’écrit comme à l’oral, en Russie.

 

3 septembre 2019

Le festin rêvé
de la diplomatie russe

L’image de festins grandioses, de fêtes merveilleuses comme on n’en voit que dans les contes, est rarement associée à la Russie par les étrangers. À tort. Les contes populaires russes ne parlent, au fond, que de repas pantagruéliques - des épreuves culinaires imposées par la sorcière Baba Yaga aux malheureux qui s'aventurent chez elle, jusqu'aux noces somptueuses du tsarévitch et de la belle Vassilissa.

 

15 août 2019

Au pays de l’illusion

Ne croyez rien de ce que vous montre la perspective Nevski, écrivait Nikolaï Gogol, elle ment tout le temps ! La perspective Nevski étant le cœur même de Saint-Pétersbourg, il n’était pas difficile d’en déduire que la capitale impériale mentait, elle aussi, en permanence, qu’elle n’était qu’une illusion susceptible de disparaître à tout instant, comme par enchantement.

 

Crédits Image : « Vos murs nous appartiennent. » Artiste : Pokras Lampas. Ekaterinbourg.13 août 2019