Poutine et Macron à Versailles, en mai 2017. Crédits : Kremlin.ru

Russia Today, télévision non grata en France

Par peur de la « propagande du Kremlin », l’Élysée tente de limiter l’accès de la chaîne de télévision russe RT France aux informations de première main. Russia Today (RT), qui possède déjà une licence de diffusion en France, n’a d’autre choix que de s’adapter à cette situation qui complique son travail. Ce qui est parfois pire que la propagande la plus grossière.

— Vous ne pouvez pas assister au briefing.
— Pourquoi ?
— Parce que c’est réservé aux journalistes et que vous n’êtes pas journaliste.
— J’ai une carte de presse.
— Et alors ?

Ce dialogue bref mais sans appel s’est tenu le 15 janvier entre un correspondant de la chaîne de télévision RT France, qui a commencé à émettre il y a un mois, et un membre du service de presse de l’Élysée, qui a refusé à RT l’accès à un briefing. Quelques jours plus tôt, le 11 janvier, une équipe de tournage de la chaîne s’est vu dénier le droit d’accompagner le président Emmanuel Macron au quatrième sommet des pays du Sud de l’Union européenne à Rome, où, grâce à la France, un accord a été conclu sur des mesures communes de lutte contre les migrations illégales. RT a été exclue du pool de journalistes, bien que sa demande d’accréditation ait été acceptée dans un premier temps.

Deux refus en une semaine : voilà qui commence à devenir une habitude. L’Élysée manifeste ouvertement sa méfiance à l’égard de la chaîne russe francophone, dont la direction n’a pas lésiné sur les moyens pour paraître respectable aux yeux de l’opinion publique française. Elle a ainsi loué 1 800 m2 de bureaux dernier cri à Boulogne-Billancourt, dans le voisinage de TFI, France 24, RFI, Canal+… À quoi s’ajoute une équipe de présentateurs chevronnés qui ont su gagner la confiance des téléspectateurs : Magali Forestier, Stéphanie de Muru, Jean-Marc Sylvestre…

En quête d’une image

La respectabilité n’est toutefois pas synonyme d’indépendance. L’agence officielle d’information Rossia Segodnia, dont fait partie RT, s’est préparée au lancement de la chaîne francophone sur fond de scandale suite à l’ingérence supposée de la Russie lors de l’élection américaine de 2016. L’écho de ce scandale a traversé l’océan et est arrivé jusqu’en Europe. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Boris IounanovTraduit par Maïlis Destrée