|  
42K Abonnés
  |   |  
Cockroaches. Crédits : wallpaper.wiki

Grandeur et misère des cafards de Russie

Novossibirsk, Russie. C’est Boris, un cafard originaire de Novossibirsk, qui a gagné le championnat annuel de course de cafards.

Vous avez bien lu : il existe en Russie un championnat national de course de cafards, et c’est NSK-TV, le canal de Novossibirsk, qui a rapporté avec fierté cette victoire locale. Il est précisé dans l’article que cinq cafards étaient en lice : Piotr, Artiom, Stassik, Hippolyte et Boris, originaires de différentes villes de Russie. Piotr, « on ne sait pourquoi, a catégoriquement refusé de courir le moment venu, alors que le correspondant de Metro avait parié sur lui », rapporte par ailleurs NSK-TV.

Bestioles honnies des maisons françaises, les cafards se caractérisent par leur résistance extrême : chutes, radiations, produits chimiques, absence de nourriture, absence d’air, absence de tête, cataclysmes meurtriers, ils se tirent de bien des situations périlleuses et ont mauvaise réputation. La Russie, pourtant, m’a appris à les regarder différemment.

Une vendeuse de marché moscovite à laquelle je parlais de mon acclimatation parfois difficile m’avait tenu les propos suivants : « Ici, le cafard, c’est presque un animal de compagnie. Et au moins, ça ne tue personne et ça ne vole rien ! Lisez Soljenitsyne. » Et sur cette déclaration énigmatique, elle était partie s’occuper d’autres clients.
Soljenitsyne partageait la sagesse de ma vendeuse de marché. Il a effectivement écrit un texte très poétique sur les cafards dans son récit La maison de Matriona :

« On les entendait grouiller dans la cuisine la nuit, et si en allant boire tard le soir j’allumais la lumière, je les voyais : le sol entier, le large banc, et même le mur en étaient entièrement noircis et grouillaient. (…) Le murmure incessant des cafards derrière la cloison faisait un bruit de fond uni et constant, comme celui de l’océan. Mais je m’habituai aussi aux cafards, car les cafards n’avaient rien de mauvais ni de mensonger. Leur bruissement, c’était leur vie. »

Il faut vraiment être russe pour entendre le doux murmure de l’océan dans le bruit des cafards, mais ce texte m’a rappelé mon tout premier soir en Russie. J’y ai pris mon dîner seule dans la cuisine commune, qui était ce soir-là étonnamment déserte, et le petit cafard désorienté qui me tint alors compagnie me fut une presque une présence réconfortante.

L’écrivain soviétique Sergueï Dovlatov procéda lui aussi, dans La marche des solitaires, à un véritable réquisitoire en faveur de ces insectes mal-aimés :

Mais que vous ont donc fait les cafards ? (…) Le cafard est inoffensif, et il a son élégance. Il se meut avec l’impétuosité d’une petite voiture de course. Le cafard, à la différence du moustique, est taiseux. Qui a jamais entendu un cafard élever la voix ? Le cafard sait rester à sa place, il quitte rarement la cuisine. (…) A mon sens, nous n’avons pas besoin de plus pour faire la paix avec eux. (…) Moi, je l’ai faite. Et, comme on dit : j’espère que c’est réciproque !

Vous entendrez beaucoup de Russes défendre avec affection ces petites bêtes fidèles à leur maisonnée, qui m’ont fait, à leur façon, une humble porte d’entrée dans l’âme russe.

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

L’administration russe ou l’entrée du labyrinthe

Saviez-vous que Chostakovitch devait être exécuté, mais qu’un désordre dans les ordres donnés fit que la personne qui devait exécuter cet ordre d’exécution fut elle-même exécutée conformément à un autre ordre d’exécution avant qu’il fût possible d’exécuter l’ordre d’exécution du compositeur ?

17 janvier 2018
Opinions

Les aventures épiques du calendrier russe

Le Nouvel An est la fête la plus largement célébrée en Russie, en partie parce que Noël, en tant que fête religieuse, a été interdit pendant les 70 ans qu’a duré l’URSS. Les festivités peuvent se prolonger jusqu’à sept jours...

3 janvier 2018
Opinions

Brèves de métro moscovites

La plupart des guides de Moscou recommandent d’aller visiter les stations de métro. Considérées comme les plus belles du monde, elles arborent des fresques, souvent des statues et même des vitraux, d’immenses lustres en cristal, des balustrades et autres merveilles que l’on découvre derrière de longues colonnades de marbre.

27 décembre 2017
  1. Je consulte par curieusite plusieurs fois par semaine pour connaitre et comprendre le quotidien des habitants en ce beau pays et pouvoir comparer avec notre façon de voir le monde cela ouvre d’immenses horizons cela fait la 4 ème fois que j’y reviens et je ne m’en lasse pas je compte si tout va bien aller a Kaliningrad début Mai voir l’ambiance en cette partie si importante du pays

  2. « Il faut vraiment être russe pour entendre le doux murmure de l’océan dans le bruit des cafards »

    Incroyable, ce que les pro-russes peuvent écrire…Je ne connais aucun russe qui s’enthousiasme de la présence des cafards, d’ailleurs ça révulse tout le monde…à force de vouloir pousser toujours plus loin dans le « les russes sont uniques, les russes sont les plus forts », ça en devient ridicule, à un point, vous n’imaginez même pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *