Des corpus et des podiezd

Je me rappelle la première fois que je suis allée en Russie. C’était à Saint-Pétersbourg. J’ai visité le musée de l’Ermitage, tellement immense que j’ai bien failli ne jamais réussir à en sortir — et j’y serais sans doute encore coincée aujourd’hui si un gardien faisant des rondes ne m’avait mise dehors à la fermeture.

Je repense à cette expérience prophétique le jour où une amie russe m’invite à dîner chez elle et me donne une adresse invraisemblable, pleine de chiffres et d’abréviations incompréhensibles. Arrivée à la bonne station de métro, je consulte ce papier mystérieux : l’objet de ma quête est dans la rue où je suis, au numéro 223/1. Que peut bien signifier cette barre oblique ? […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco