fbpx
La place de l indépendance de Kiev. Crédits : Wikimedia

Ukraine : Le piège du tout ou rien

Ambassadeur de France en Russie de janvier 2009 à octobre 2013, Jean de Gliniasty est aujourd’hui consultant, enseignant et directeur de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a récemment publié La diplomatie au péril des valeurs (éd. L’Inventaire, 2017).

Un mauvais sort semble s’acharner sur la crise ukrainienne. À chaque fois que l’on s’approche d’une solution diplomatique, des événements contraires ou des interventions malveillantes font échouer les efforts en cours. Ne parlons plus des erreurs initiales de l’Union européenne (UE) qui, non sans une certaine dose d’hypocrisie, a voulu traiter l’accord d’association avec l’Ukraine comme une simple question économique bilatérale, en limitant le dialogue avec Moscou.

Le refus de Viktor Ianoukovitch de signer cet accord, en novembre 2013, à Vilnius (Lituanie), a déclenché l’Euromaïdan. Mais sa signature aurait sans doute suscité d’autres difficultés, tant les aspects géopolitiques et sécuritaires avaient été négligés.

Cette « négligence stratégique », intentionnelle ou non (la France était toute à la crise malienne), la sous-évaluation de la complexité de la société ukrainienne ainsi que de la sensibilité de la Russie dans ce dossier, ont fortement contribué au déclenchement de la crise. Il aurait sans doute suffi d’une déclaration officielle de la France et de l’Allemagne excluant toute adhésion de l’Ukraine à l’OTAN pour éviter la situation actuelle.

Les négociations du 21 février 2014 à Kiev, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Connexion

Jean de Gliniasty