MacBlinis pour une gente dame

J’ai croisé récemment une petite brève dans la presse en ligne russe dont le titre m’a interpellée : « Le Parlement russe propose de rétablir les formules de politesse de l’Ancien Régime ».

L’article, qui faisait tout au plus une dizaine de lignes, détaillait une proposition du député russe Vladimir Syssoïev (LDPR, Parti libéral-démocrate de Russie de Vladimir Jirinovski) à Olga Golodets, vice-présidente du gouvernement russe, chargée des Affaires sociales : revenir à un parler plus ancien, antérieur à la révolution de 1917, pour relever le niveau de bienséance des Russes. Vladimir Syssoïev soulignait avant tout l’importance des manières de s’excuser et de se saluer.

Il faut dire qu’en russe, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Dansez, maintenant

Au hasard de pérégrinations sur internet, je suis tombée récemment sur une (énième) vidéo russe étrange. Plus précisément, on y montrait un extrait d’un ballet soviétique, intitulé La danse des spoutniks. On y voyait trois jeunes femmes déguisées en sondes spatiales effectuer des entrechats, tandis qu’un danseur en costume russe traditionnel tourbillonnait derrière elles en les tenant à l’aide d’un grand ruban à la manière d’un cocher sa troïka. Les Russes sont célèbres, bien sûr, pour leurs ballets – dans des formes plus classiques, certes, que la Danse des spoutniks. Au cours des premiers mois de mon séjour à Moscou, la découverte de cet art m’a semblé une priorité, et je me suis rendue à une représentation de La Belle au bois dormant de Tchaïkovski au Palais du Kremlin. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

17 octobre 2018
Opinions

Trump, Tourgueniev et les toilettes de la gare routière de Voronej

J’ai vu passer l’autre jour un étonnant montage vidéo, proposé par la branche « RT Documentaire » de la chaîne Russia Today : « Saviez-vous que Trump, May et Macron lisaient Tourgueniev ? », annonçait un titre racoleur sur des images où l’on voyait les trois protagonistes haranguer des foules. Stupéfaite à l’idée que ces trois personnages récitent du Tourgueniev en plein meeting, je m’empressai de cliquer. Si je fus déçue de constater que j’avais été trompée par le titre, car personne ne récitait à proprement parler de Tourgueniev, j’eus en revanche la surprise de découvrir que quelqu’un chez RT avait passé des heures à compiler des discours politiques pour aboutir, en prenant un mot ici, un mot là, à la récitation artificielle (en anglais) d’un petit texte de Tourgueniev en l’honneur de la langue russe : Aux jours de doute, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

10 octobre 2018
Opinions

Au nom de la loi !

J’ai lu l’autre jour dans la presse l’annonce d’un projet de loi russe étonnant. Le débuté Boris Tchernychov, qui en était à l’origine, proposait de punir certains délits en obligeant leur auteur à regarder de mauvais films russes, « particulièrement des films comiques ». Il soulignait, à raison d’ailleurs, qu’il est certains films dont le visionnage est une vraie pénitence. Tchernychov n’est pas le premier à chercher des solutions innovantes à la délinquance, même si, en matière de pénal, chacun sait qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Aussi a-t-on vu se multiplier, sous certains tsars, des interdictions étonnantes destinées à garantir le respect de l’autorité impériale. Paul Ier, le fils mal-aimé de Catherine II, régna seulement cinq ans, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 octobre 2018