Le métro de Moscou, station Kievskaia. Crédits : Alexey Zaxaroff - Flickr

Brèves de métro moscovites

La plupart des guides de Moscou recommandent d’aller visiter les stations de métro. Considérées comme les plus belles du monde, elles arborent des fresques, souvent des statues et même des vitraux, d’immenses lustres en cristal, des balustrades et autres merveilles que l’on découvre derrière de longues colonnades de marbre.

Mais le métro permet aussi de se livrer à une petite escapade touristique dans l’âme russe. Nombre de scènes souterraines m’ont éclairée sur cette nation énigmatique. Une chose saute d’abord aux yeux : les Moscovites évitent soigneusement de croiser le regard de qui que ce soit et affichent tous un air d’empereur sévère et lointain. Ils repèrent d’ailleurs instantanément les étrangers dans le métro, notamment les Français, caractérisés par leur « air bonhomme et ahuri ». […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Opinions

Seul au monde

Vous connaissez peut-être l’histoire drôle du réparateur d’ascenseur coincé dans un ascenseur, qui appelle l’assistance technique et dont le téléphone sonne dans sa propre poche. Si quelqu’un la raconte à un dîner dont l’ambiance s’essouffle un peu, n’hésitez pas à rebondir dessus pour narrer celle, autrement moins amusante mais bien plus impressionnante, d’un certain Leonid Rogozov dont l’anniversaire de la mort est après-demain. Rogozov est un jeune homme soviétique, né dans les années trente en URSS du côté de Tchita, de parents ouvriers. Orphelin de père pendant la Grande Guerre patriotique, il est brillant élève et, après l’école secondaire et le service militaire, entre à l’institut de médecine dont il sort diplômé à tout juste vingt-cinq ans. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

19 septembre 2018
Opinions

Une datcha dans l’Altaï

Altaï. Ivre, il vole un panneau de signalisation pour s’en servir de pelle. Alors que la température fraîchit déjà dans la capitale russe, je me rappelle avec nostalgie une rencontre pleine d’enseignement, faite il y a quatre ans dans les derniers beaux jours moscovites d’automne, et qui m’a, depuis, laissée songeuse. Alors que je cours, un après-midi de septembre, d’un supermarché à un bureau administratif (on déambule rarement pour le plaisir dans les grosses artères de la capitale), j’aperçois un étal de plusieurs mètres où un monsieur vend des livres. Or, je cherche justement un petit manuel de vieux-russe, et m’arrête pour jeter un coup d’œil : un recueil de citations de Staline, un livre pour apprendre le russe, des poèmes du XVIIIe… Je m’apprête à passer mon chemin, lorsque le vendeur me harponne : « Bonjour, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

12 septembre 2018
Opinions

Les drôles d’inventions des Russes

Savez-vous que le mot « robot », si répandu aujourd’hui, vient du slave ? La diffusion planétaire d’un mot de cette origine est un fait suffisamment rare pour qu’on le souligne : c’est l’écrivain tchèque Karel Čapek qui, en 1920, l’invente et en fait le titre d’une de ses pièces de théâtre. Ce néologisme est dérivé du mot « rabota », que les russophones connaissent bien : « travail », voire « corvée ». Rabota est lui-même formé sur rab, « l’esclave » : bref, un robot, c’est une machine corvéable, qui fait la besogne à votre place. (Attention, il n’a aucun rapport avec le rabot, quant à lui apparenté à l’anglais rabbit en raison de son manche dépassant comme une oreille de lapin !) Que le robot trouve son origine dans le lexique slave ne m’a pas trop surprise, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

5 septembre 2018