Donald Trump s'exprime à l'ouverture de la 72e session de l'Assemblée générale des Nations unies. Crédits : Flickr - White House - D. Myles Cullen

Vu de Russie : « Il faut compliquer la vie des pays qui ont le droit de veto à l’ONU »

Alors que Donald Trump prétend vouloir rendre l’ONU moins « bureaucratique », Alexandre Privalov, dans un billet pour la revue Expert, explique en quoi la réforme qu’il propose ne fera que renforcer l’influence des États-Unis au détriment d’autres États moins puissants.

Nul ne conteste qu’il faille réformer l’ONU. Jouer les Cassandre est une position aussi triste que peu glorieuse – mais on voit bien où mène l’immobilité. Il est clair que la Corée du Nord se procurera tôt ou tard l’arme nucléaire. Après que Kadhafi et Hussein ont été si gentiment récompensés pour avoir renoncé à leurs programmes nucléaires, espérer autre chose serait stupide. Et cela signifie que Séoul et Tokyo se la procureront, elles aussi. Si Trump continue de menacer de rompre l’accord sur le nucléaire iranien, Téhéran s’en dotera également. La Russie et la Chine la possèdent officiellement, l’Inde et le Pakistan, semi officiellement. Résultat : on a huit États possédant l’arme nucléaire, étroitement collés les uns aux et éprouvant les uns pour les autres une amitié et une tendresse frisant l’indescriptible… Et que peut faire l’ONU pour ralentir l’avancée sur cette voie mortellement dangereuse ? Absolument rien – il suffit de constater l’efficacité de ses décisions unanimes sur Pyongyang.

« Le droit du plus fort »

En fait, l’ONU semble parfaitement impuissante dès lors qu’un conflit implique un pays un tant soit peu sérieux. Les Américains, mais aussi les Français par exemple, interviennent militairement sur qui leur chante, sans demander l’autorisation du Conseil de sécurité ni craindre le moins du monde une quelconque condamnation de sa part. Ce que l’on appelle le droit international a toujours été et sera toujours le droit du plus fort ; mais dans ses meilleurs années, l’ONU a constitué un mécanisme efficace de conciliation des intérêts des forts et, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

ExpertTraduit par Julia Breen