S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Homosexualité en Tchétchénie : une affaire de famille

Homosexualité en Tchétchénie : une affaire de famille

Le premier réfugié tchétchène vient d’arriver en France. À en croire les médias locaux, il est en sécurité, hébergé dans une famille d’accueil, et on ne peut que s’en réjouir. Pourtant, la France ne semble pas être la destination la plus prisée par les homosexuels tchétchènes qui cherchent à se réfugier à l’étranger. La cause, selon le journal Le Monde ? « L’importance de la diaspora tchétchène en France, évaluée à 68 000 personnes », qui est « un frein ».On regrette que le grand quotidien français n’aille pas plus loin et n’explique pas à ses lecteurs pourquoi la présence de cette diaspora est un obstacle pour ces réfugiés gays. Les Tchétchènes qui vivent en France, pour la plupart, ont fui le régime de Ramzan Kadyrov. C’est aussi le cas des homosexuels de Grozny et d’ailleurs qui cherchent en ce moment à quitter leur pays natal. Ils craignent pour leur vie. Pourquoi donc n’iraient-ils pas se réfugier auprès de leurs compatriotes, ayant souffert eux aussi des abus du pouvoir ? Pourquoi préfèrent-ils des pays comptant le moins de Tchétchènes possible, où leurs chances d’être reconnus seraient nulles ?Les témoignages des Tchétchènes gays publiés dans la presse fournissent des éléments de réponse. En fait, parmi les leurs – que ces derniers vivent en Russie,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Inna Doulkina