Navalny Kirov Alexeï

Alexeï Navalny condamné « sans surprise » à cinq ans de prison avec sursis

Mercredi 8 février, Alexeï Navalny, figure de l’opposition russe et candidat à l’élection présidentielle de 2018, a été reconnu coupable de détournement de fonds par un tribunal de Kirov et a été condamné à une peine de cinq ans de prison avec sursis ainsi qu’à une amende de 500 000 roubles (environ 7 900 euros). Une condamnation sans surprise pour Stanislav Koutcher, journaliste et chroniqueur pour la radio Kommersant FM, qui considère que l’absence de tribunal indépendant est le principal problème en Russie.

Il existe des citoyens convaincus que l’avenir de Navalny se trouverait entre les mains de la sécurité intérieure ou des clans du Kremlin. Mais ni parmi les partisans de l’opposant, ni parmi ses détracteurs, ni même parmi ceux qu’il laisse totalement indifférents, je n’ai rencontré personne qui croirait sincèrement qu’un tribunal pourrait décider de son sort.

Il en va de même concernant n’importe quel autre procès retentissant ayant eu lieu dans la nouvelle Russie : IOUKOS, Pussy Riot, l’affaire Bolotnaïa, Dadine ou Karaoulova… Et la liste s’allonge chaque mois. Il y a des Russes que ces condamnations ont révoltés, il y en a qui, au fond d’eux, ont trouvé que les accusés auraient dû « prendre plus ». Mais il n’y en a aucun, de ce que j’ai pu voir, qui ait sérieusement estimé que ces verdicts avaient été prononcés par un tribunal indépendant.

Si un procès est lié à la politique, l’idéologie, l’argent ou les relations avec le pouvoir, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen