Sotchi. Crédit : Nina Fasciaux

Sotchi, l’anti-Russie pour les Russes

Je suis une inconditionnelle de la province russe et, lorsqu’on m’a proposé de visiter Sotchi, je pensais donc m’y trouver à merveille. Ce ne fut pas le cas – question de goût. Pourtant, je n’ai pas l’intention de juger cette ville simplement pour justifier mon salaire de journaliste – un statut qui m’a d’ailleurs certainement été attribué sur un malentendu.Je suis allée à Sotchi dans le cadre d’un voyage de presse organisé par la société des chemins de fer russes, en compagnie de quelques journalistes français. J’avoue être partie la fleur au fusil – par pur esprit de contradiction face à la horde de journalistes occidentaux qui m’avaient précédée quelques mois plus tôt et qui, comme vous devez vous en souvenir, n’avaient pas tari d’éloges sur la ville hôte des Jeux olympiques d’hiver 2014 : « Sotchi, ses JO et ses hôtels pourris », titrait Libération ; « Sotchi : agréable surprise pour les athlètes, cauchemar pour les journalistes » enchaînait Slate ; « Sotchi : les tweets des journalistes se moquent du désastre », résumait 01.net.Bref – une standing ovation pour cette ville pourtant éloignée de la fameuse équation « Russie : froid  + ours = vodka ».

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Nina Fasciaux

Dernières nouvelles de la Russie

Jean Malaurie : « Dans ces temps compliqués, il est essentiel que Paris reste unie fraternellement auprès de Moscou »

Jean Malaurie est le premier homme à avoir atteint, le 29 mai 1951, le secteur du Pôle géomagnétique Nord.

 

17 décembre 2015

Germain Derobert : « La Russie est un pays où l’on est en proie à des rencontres qui bouleversent l’existence »

La dernière Grenouille de Nina Fasciaux

 

17 juillet 2015

Catherine Joffroy : « J’ai voulu prendre, à 18 ans, la nationalité soviétique »

"La Russie va surprendre le monde."

 

3 juillet 2015