Les sanctions contre la Russie, une nouvelle version de l’interdit papal ?

Dans un billet pour le quotidien Izvestia, le philosophe Maxim Sokolov explique en quoi l’instrument des sanctions utilisé par l’Occident rappelle la vieille arme du Saint Siège à l’encontre des rois rebelles.L’épée du châtiment est tombée. Les États-Unis et l’UE ont publié la liste des sanctions adoptées contre la Russie. Toutefois, il est toujours impossible de dire quel dommage réel ces mesures causeront à l’économie russe et à l’ensemble de ses habitants.Car théoriquement, c’est bien pour porter un préjudice que l’on prend des sanctions : soumis à l’épreuve, condamnés à la misère, les citoyens du pays sanctionnés sont censés imputer tous leurs maux à la politique irréfléchie de leur gouvernement et désirer s’en débarrasser au plus vite, afin de le remplacer par des dirigeants plus conciliants, plus habiles à s’entendre avec les puissances occidentales.Vue ainsi, la question du coût du préjudice éventuel devrait être des plus brûlantes. Et pourtant, personne, pour le moment, n’a cru bon de l’estimer.Au lieu de chiffres et de rapports comptables, on nous offre tout autre chose. Et notamment, une description vivante et pittoresque de la chute spectaculaire du statut de la Russie – et de la personne de Vladimir Poutine – dans le monde. « Il n’y a plus, sur terre, de sujet de droit international nommé Russie. Ce qui reste, c’est un territoire au niveau de danger extrême ; et ce danger, il faut absolument le combattre... Désormais, le monde entier fuira ce pays vaste, menaçant et imprévisible. », écrivait tout récemment Gueorguiï Saratov [C’est une bagatelle, et pourtant, Gueorguï Satarov, publié sur ej.ru le 21 mars 2014m ndlr].

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019

Prenez soin des hooligans !

Depuis près de vingt ans, à Saint-Pétersbourg, le cirque Upsala tire de la rue des adolescents à problèmes pour leur faire jouer des spectacles présentés en Russie et en Europe. La vocation du projet, affirment ses concepteurs, est artistique avant d’être sociale, même si le travail réalisé dans ce domaine est colossal.

 

31 mai 2019

Mai 1989, Gorbatchev à Pékin : Deux dragons dans un nid d’hirondelle

Il y a trente ans, le 14 mai 1989, le dernier président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, arrive à Pékin, au beau milieu des manifestations étudiantes qui se tiennent place Tian’anmen.

 

24 mai 2019