|  
38K Abonnés
  |   |  

Pourquoi la Crimée est-elle si chère aux Russes ?

À diverses époques, la péninsule de Crimée a été peuplée par les Grecs, les Scythes, les Huns, les Arméniens et les Tatars. Ces derniers, en 1441, fondèrent sur ses berges un khanat, rattaché par la suite à l’Empire ottoman.

En 1768, le sultan turc Mustafa III a déclaré à la Russie une guerre qui a duré, avec une pause de 13 ans, jusqu’en 1791, et s’est soldée par une victoire russe. À l’issue de ce conflit, la Russie ajoutait à ses terres la péninsule de Crimée.

Ses habitants, les Tatars, passèrent dès 1771 sous protectorat de l’Empire russe. Le traité signé en 1791 entre Moscou et Istanbul reconnaissait le rattachement de la Crimée à la Russie, qui avait désormais accès à la mer Noire. En 1784, l’impératrice Catherine II fonda dans la baie des Sagittaires, au sud-ouest de la péninsule, une ville qui jouerait dans l’histoire de la Russie un rôle déterminant. Le port de Sébastopol, la « Ville auguste » en grec, s’étendit tout près de l’antique cité grecque de Chersonèse, où, en 988, le prince Vladimir recevait le baptême pour ensuite initier à la foi en Christ les ancêtres des Russes, Ukrainiens et Biélorusses actuels. 700 ans étaient passés avant que les Russes ne retournent sur la terre de Crimée et n’y fondent le port qui deviendrait leur principale base navale.

Par deux fois au cours de son histoire, Sébastopol a été condamnée à disparaître : lors de la guerre de Crimée, en 1854, puis, un siècle plus tard, pendant la Deuxième guerre mondiale.

La première fois, Sébastopol fut assiégée par les Anglais et les Français. Onze mois durant, la ville a résisté à l’ennemi, demeurant imprenable. Le premier bombardement a eu raison de l’amiral Kornilov. En mourant, il a déclaré : « Défendez toujours Sébastopol ».

Quelle importance pour nous, aujourd’hui, me direz-vous ?

Aucune, si ce n’étaient ces mêmes mots, en 2014, gravés au fond de la scène édifiée sur la place centrale Nakhimov. Une scène autour de laquelle se sont déroulées toutes les grandes manifestations des dernières semaines. C’est ici que les habitants de Sébastopol ont élu leur maire, Alekseï Tchaly, et affirmé leur volonté de se réunifier avec la Russie. C’est ici aussi qu’ils sont arrivés en masse, émus aux larmes, le soir du 18 mars, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Connexion

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

9 novembre 2017
Opinions

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

7 novembre 2017
Culture

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

31 octobre 2017

Les commentaires sont fermés.